Magazine Poésie

Le Faucheur

Par Vertuchou

Voilà, c’est fait.
Une fois de plus, la claire campagne
A nourri l’instrument du faucheur.
Tout est silence,
Le chaume au repos
Est couvert de coquelicots rouge sang.
 
« Où sont mes fils? », la mère pleure,
« Des gamins encore, déjà disparus. »
« Morts, morts », soupire le faucheur,
« Comme le blé à la fauche descendus. »
 
Et donc une fois de plus
La semence de la vie est répandue
Dans la terre qui la couve elle est déposée.

Mais ce n’est jamais terminé.
Une fois encore, les jeunes hommes tous
Du faucheur doivent nourrir le cruel instrument

Bill Caddick

Partager cet article

Repost 0
Le Faucheur
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

Ma chérie
Ma chérie
Haute fille de canne et de coquelicot
Haute fille de canne et de coquelicot
Conte-moi / Kontame
Conte-moi / Kontame
J'aimerais te dire que je serai là
J'aimerais te dire que je serai là

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine