Magazine Santé

Risques du tabac après la mise d’une prothèse articulaire

Publié le 12 novembre 2017 par Khaled Benokba

Beaucoup de chirurgiens orthopédistes recommandent fortement à leurs patients d’arrêter le tabac avant de subir une chirurgie prothétique. Le tabagisme est en effet très néfaste, parce qu’il allonge la durée de guérison et favorise l’apparition des complications.

Le tabac influe de façon négative sur la cicatrisation

Plusieurs études ont mis en évidence un retard de cicatrisation chez les fumeurs, mais aussi l’apparition de complications. La fumée de cigarette affecte en fait de façon négative différentes étapes du processus de cicatrisation sanguine.

La fumée de cigarette contient plus de 4000 substances différentes, dont du monoxyde de carbone et de la nicotine, qui agissent directement sur la cicatrisation. Le monoxyde de carbone provoque lui une diminution de l’oxygénation des tissus et une mauvaise microcirculation sanguine. D’un autre côté, la nicotine a un effet vasoconstricteur et thrombogène, ce qui diminue le flux sanguin et l’apport d’élément nutritif indispensable à la cicatrisation des tissus.

Le tabagisme provoque en plus une altération de la réponse immunitaire puisque l’on peut remarquer que l’afflux de cellules du système immunitaire est moins important chez les patients fumeurs.

La tabagisme favorise les infections

L’impact exact du tabagisme sur les résultats après une arthroplastie n’est pas entièrement élucidé, mais il est bien connu que les personnes qui fument ont plus de risques de développer des infections bactériennes au niveau de la plaie, des problèmes de cicatrisation et la nécessité de réadmission à l’hôpital après la mise d’une prothèse articulaire.

Ces effets ne concernent d’ailleurs pas uniquement les fumeurs, puisque le tabagisme passif a des effets similaires. Pour commencer, il faut savoir que le fumeur l’absorbe que 30% de la fumée de sa cigarette et que le reste est relâchai dans l’air. On sait aussi qu’une personne se trouvant à proximité d’un fumeur peut absorber jusqu’à 1/3 de la nicotine de sa cigarette.

Arrêter de fumer avant l’intervention

Les effets néfastes du tabac ne sont heureusement pas irréversibles. On a en effet pu remarquer qu’un arrêt du tabac préopératoire a un effet bénéfique sur le processus de cicatrisation. D’ailleurs, plus l’arrêt du tabac sera mis en oeuvre de façon précoce et plus le bénéfice sera important pour la santé du patient.

La durée recommandée exacte d’arrêt des produits à base du tabac n’est pas connue, mais la plupart des chirurgiens conviennent que si le malade peut cesser de fumer pendant au moins six semaines, voire plus, avant de subir une intervention chirurgicale, il pourra réduire considérablement le risque de complications.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Khaled Benokba 20940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines