Magazine Culture

SOLAR BIKE : De Holbrook à Winslow, Arizona

Publié le 13 novembre 2017 par Misteremma @misteremma

Voilà 42 jours que notre aventure a démarré. J'ai de plus en plus l'impression de vivre dans l'émission de télé-réalité : les humeurs, les goûts musicaux, l'humour, les tics, les angoisses, les passions, les névroses, l'intimité, tout est vécu en communauté.

Au contraire des candidats de télé-réalité, nous ne sommes pas enfermés dans une maison, nous nous connaissions avant l'aventure, nous pouvons téléphoner à nos proches, nous pouvons nous enfuir si nécessaire pour se retrouver seul et pourtant, la vie en communauté reste une sorte de Loft story où nous sommes chacun dépendant des autres pour que l'aventure se passe le mieux possible.

Ce n'est pas tous les jours évident. Certains traits de caractère passent mieux que d'autres, certains événements sont plus compliqués que d'autres et, comme à la télé, les rires, les bons moments et les disputent se succèdent au gré des jours et des humeurs de chacun. C'est en vivant une telle aventure que l'on comprend mieux le génie du concept de la télé-réalité. C'est inévitable qu'il y ait des rapprochements, des accros, des coups de gueule et des fous rires.

Dans " Solar Bike 66 " , personne ne sera éliminé au terme de l'aventure, il n'en restera pas qu'un le 25 novembre à notre arrivée à Los Angeles. Au contraire. Nous formons un groupe uni dont le seul but est de mener Michel sur la ligne d'arrivée et, comme pour les candidats de télé-réalité, nous nous retrouverons probablement dans 5 ans et nous nous remémorerons les moments incroyables que nous aurons vécu tous ensemble avec une grande fierté et autant de passion qu'aujourd'hui.

Notre caméra est beaucoup plus intrusive que dans Loft Story car elle est visible. Michel porte un micro à tout moment, les femmes sont épiées par notre Tascam. Nous les filmons au restaurant, en train de faire du shopping, dans leurs chambres d'hôtel, ...

L'intimité de Laure et Michel fut mise à rude épreuve sur le route qui nous a mené jusqu'à Winslow en Arizona. Afin de compléter le portrait que nous dressons, nous avions décidé de questionner les héros de notre documentaire sur leur vie, leur passions, leurs souvenirs d'enfance, etc. Ce double entretien fut mené dans la voiture pour Laure et à l'hôtel pour Michel. Nous avons choisi la voiture car nous pensions que, absorbée par la route, Laure pourrait mieux oublier la caméra et l'action de l'interview. En ce qui concerne Michel, l'entretien s'est déroulé entre lui et moi, uniquement de manière sonore. Le but, ici, était de compléter ce que nous avions déjà de lui face caméra et de pouvoir ajuster, compléter par sa voix en off sur les images de lui sur son vélo solaire.
Certains moments ne furent pas évident tant pour moi que pour eux car l'intimité reste l'intimité et est parfois difficile à poser et à exprimer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misteremma 42529 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte