Magazine Culture

Critique Ciné : Jalouse (2017)

Publié le 14 novembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

Jalouse // De David et Stéphane Foenkinos. Avec Karin Viard, Anne Dorval et Thibault de Montalembert.


Je voue une sorte d’amour à Karin Viard. Il y a quelque chose chez cette actrice qui me fascine à chaque fois. J’aime sa façon de donner corps à des femmes au bord de la dérive. Elle a un don pour ça je dirais. Et Jalouse ne fait pas exceptionnel. Les frères Foenkinos reviennent six ans après le très sympathique La Délicatesse (avec Audrey Tautou) pour parler d’une femme qui est au bord de la crise de nerf. On nous plonge alors pendant presque deux ans dans l’esprit torturé d’une femme complexe. Le film enchaîne les situations en cascade qui vont détruire petit à petit le personnage. Karin Viard porte clairement ce film du début à la fin, délivrant une prestation étonnante dans les états les plus acerbes et les plus mielleux. Mais elle sait comment mélanger le tout et ce de façon étonnante. Quand je suis allé voir Jalouse, je dois avouer qu’au premier abord je ne m’attendais pas tout de suite à être séduit. C’est visuellement sympathique mais pas brillant, et les personnages ne sont pas tous passionnants (ou pour certains très mal et/ou peu exploités, comme celui incarné par Anais Demoustier que j’aime beaucoup).

Nathalie Pêcheux, professeure de lettres divorcée, passe quasiment du jour au lendemain de mère attentionnée à jalouse maladive. Si sa première cible est sa ravissante fille de 18 ans, Mathilde, danseuse classique, son champ d'action s'étend bientôt à ses amis, ses collègues, voire son voisinage... Entre comédie grinçante et suspense psychologique, la bascule inattendue d’une femme.

Mais on se laisse avoir par cette histoire et par les personnages. Les dialogues sont assez soignés pour nous faire passer un bon moment et l’héroïne est suffisamment solide pour ne jamais nous ennuyer. La façon dont Karin Viard sort ces phrases touchantes, drôles ou vaches est étonnante et donne clairement le cachet du film. Jalouse se veut alors délicat, car visuellement ils ne font rien de brillants mais c’est du point de vue du scénario qu’ils ont travaillés leur film. Cette comédie douce amère est donc portée par des dialogues finement écrits. On sent aussi derrière que Jalouse cherche à mettre en avant la femme, pas toujours sous ses meilleurs jours mais qui a tout de même la volonté de se battre à un moment de sa vie. Si les femmes sont clairement à l’honneur, les hommes ne sont pas en reste pour autant. Jalouse ne laisse pas le spectateur choisir son camp mais cherche à lui faire comprendre la psychologie de son héroïne, à mi chemin entre suspense psychologique et comédie dramatique. Pourquoi pas car le sujet, tabou, celui de la crise de la cinquantaine, parvient tout de même à se frayer un chemin, sinueux mais sympathique malgré tout.

Note : 6/10. En bref, il n’y avait pas besoin de plus : Karin Viard au bord de la crise de nerf.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte