Magazine Culture

The Gifted (Saison 1, épisodes 5 à 7) : beaucoup de bruit pour rien

Publié le 16 novembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

J’ai encore du mal avec The Gifted. La série avait du potentiel mais elle n’a de cesse d’être fade et ne propose donc rien de bien palpitant. Si « boXed in » (1.05) a le mérite d’être l’un des meilleurs épisodes de la saison, cela n’en fait pas pour autant un brillant épisode. Oui, il y a des trucs qui fonctionnent dans The Gifted, comme les pouvoirs de chacun des mutants. Mais tout cela reste superficiel alors qu’il est clairement impossible de s’attacher aux personnages si l’on doit s’attacher avant à leurs pouvoirs. C’est donc une série qui met en avant ses moyens visuels avant un scénario qui est pour le moment toujours très faible. Disons qu’il manque cruellement de profondeur dans le récit de chaque épisode et l’on n’a donc jamais vraiment le temps de plonger dans la vie des personnages pour que l’on ait envie d’avoir peur pour eux quand ils sont en danger. Alors que The Gifted tente d’adapter l’histoire des X-Men (ou en tout cas une partie de cette histoire), FOX n’a probablement pas donné le bébé au meilleur des créateurs. Si l’utilisation des pouvoirs de façon combinée permet de retrouver un peu de l’esprit des X-Men, je trouve que The Gifted ne sait pas rendre le tout épique. « boXed in » souffre donc de l’incapacité de la série à créer une cohésion de groupe tandis que les pouvoirs s’assemblent plutôt bien à l’écran. Comme Eclipse et Polaris dans l’épisode 1.05 au cours d’une petite scène d’action plutôt correcte.

Mais très rapidement, The Gifted retombe dans ses travers comme dans « got your siX » (1.06) qui ne démontre pas spécialement le meilleur de ce que les personnages sont capables de faire dans cet univers. Sans compter sur les parents Strucker qui sont des personnages transparents alors qu’il y a tout de même Amy Acker dans le lot. Cette dernière est si mal utilisée qu’une rage n’a de cesse de me remplir l’esprit envers le créateur de The Gifted. S’il ne sait pas utiliser les meilleurs atouts de la série alors autant arrêter tout simplement de gérer la série. Même Stephen Moyer est sous exploité alors que ce n’est pas spécialement le meilleur élément par moment non plus. Nous prenons donc un groupe, la famille Strucker, à laquelle nous ne sommes pas encore totalement accrochés, qui rejoint le groupe des Mutant Underground, un groupe de mutants qui tentent de sauver le monde. Le truc c’est que dans The Gifted, ce n’est pas le Mutant Underground le problème mais bel et bien tout le drama autour de la famille Strucker. Les Strucker ne partagent pas spécialement de dynamique intéressante et ces deux épisodes n’ont de cesse de mettre en avant les problèmes de la série.

Il y a aussi un manque clair de charisme chez les personnages qui fait qu’il est difficile de se plonger dans l’univers de The Gifted de façon fluide. L’épisode n’a de cesse ici de dériver et de partir dans tous les sens sans créer une vraie cohésion, ni dans le groupe, ni dans les intrigues qui s’entrechoquent tout au long de l’épisode. Même si à certains moments le scénario tente de faire écho à X-Men (les films), ce n’est jamais réussi non plus. Car on dirait que Matt Nix n’a pas du tout compris ce que Bryan Singer a voulu faire de l’univers X-Men au cinéma. Mais « eXtreme measures » est encore une fois une erreur de la part de The Gifted.

Note : 4/10. En bref, décevant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 16081 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte