Magazine Société

Défi noir et blanc

Publié le 20 novembre 2017 par Réverbères
Défi noir et blanc
C’est par cette photo que j’ai été invité par ma sœur préférée à participer au « Défi noir et blanc ». Seven days. Seven B&W photos of your life. No people. No pets. No explanation. Challenge someone every day. Today I challenge FMG. Elle avait bien choisi la photo : depuis 1958, j’ai toujours prétendu être le concepteur génial de l’Atomium.  Je me suis donc laissé inviter et j’ai relevé le défi.
J’ai commencé par le traduire : Sept jours. Sept photos noir et blanc de votre vie. Pas de personnes. Pas d'animaux. Aucune explication. Défier quelqu'un tous les jours, avec toute liberté. Aujourd'hui, j'invite ##. Les plus subtils auront constaté que le « défi (challenge) » s’est transformé en « invitation avec toute liberté ». Comme beaucoup, je déteste ces chaînes où l’on vous défie de publier un message sous peine de ne plus être amis ou encore de menacer la Terre entière des pires maux pour des mots non partagés. J’étais séduit par l’idée de partager des photos en noir et blanc, témoins de ma vie, sans personnes ni explication. Mais je ne me sentais aucune envie de défier qui que ce soit à en faire de même. J’ai donc « invité avec toute liberté » quelques amis. Merci à ceux qui ont accepté l’invitation, mais aussi aux autres qui m’ont remercié tout en m’expliquant leurs difficultés d’y répondre.
J’ai donc publié sept photos. Sans explication. Je voudrais les reprendre ici, avec un peu d’explication cette fois. Je précise d’abord que je suis l’auteur de toutes ces photos (©FMG). Ce n’était pas demandé. Mais, pour moi qui aime photographier la lumière, cela me semblait aller de soi.
Jour 1
Défi noir et blancGratte, 1974. Il y a des personnages, mais ce sont les pierres qui m’importent. Ce village d’Ardèche m’a permis de me construire. J’y ai fait des séjours chaque année de 1969 à 1983. Pour rénover les pierres, mais aussi partager avec les gens, dont des handicapés mentaux adultes. J’ai tout découvert à Gratte. Aussi, j’ai invité celle qui, ces dix dernières années, a énormément contribué à ma construction de senior épanoui.
Jour 2
Défi noir et blancDu carabouya ! Un peu ma madeleine de Proust. Souvenirs d’une enfance heureuse, avec un attachement indéfectible à la ville de Namur, annonciateurs de mes nombreux séjours professionnels en Afrique. J’ai invité un ami qui court derrière ses rêves tout en les réalisant.
Jour 3
Défi noir et blancLa Tour du Millénaire, à Louette-St-Pierre, près de Bouillon. Une véritable prouesse architecturale. Souvenir d’une prouesse personnelle de celle que j’aime, lors d’un de ces moments familiaux qui permettent de toujours se construire et se projeter. Invitation naturelle pour mon architecte préférée.
Jour 4
Défi noir et blancRandonnée en Brabant flamand alors que nous étions enfin en Brabant wallon. J’y ai appris les plaisirs de la balade tout en continuant à lui préférer ceux des ballades. Tout naturellement, j’ai invité une amie canadienne – jamais rencontrée ! – qui sait ce que photographier la nature veut dire ! In piena libertà.
Jour 5
Défi noir et blancUn instant figé mais ô combien libérateur, à Durbuy, où les nuages sont en bas et où la platitude crée le relief. Évidence d’inviter un ami de rhétorique – quoique ! – seul à même de décider s’il faut écrire nénuphar ou nénufar
Jour 6
Défi noir et blancElle est là, dans notre jardin. Désuète. Obsolète. Sublime. La fleur est venue toute seule pour l’embrasser et m’embraser. Belle occasion d’inviter un ami qui va et vient dans ma vie, sans trop savoir s’il doit se poser ou se pauser. Qu’importe d’ailleurs. Seule la fleur importe.
Jour 7
Défi noir et blancSymbole de notre nouvelle vie. Dans la lumière et l’ombre. Tournée vers l’essentiel, en pleine nudité et simplicité. Les mains ouvertes pour créer. Invitation à toute personne qui veut aussi profiter de la vie !
Comme il serait vain de se priver des plaisirs de la vie, j’ai publié – juste pour le plaisir des yeux, et aussi pour ne pas faire comme tout le monde – un huitième jour.
Défi noir et blancJe me baladais. Le soleil était lumineux. Soudain, cette vue me fut offerte. Elle était encore bien plus belle en vrai que sur la photo. Elle s’imposait. Elle représentait tout ce qu’est ma vie aujourd’hui. Un jour, peut-être, je vous expliquerai pourquoi et comment. Aujourd’hui, seul le plaisir compte… Et je me dis que ce périple noir et blanc m’a vraiment permis de revoir toutes les merveilleuses couleurs de ma vie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Réverbères 2737 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine