Magazine Société

Le rap n'est pas un milieu plus misogyne qu'un autre

Publié le 21 novembre 2017 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) Originaire de Suisse, KT Gorique n’a pas froid aux yeux. Ne vous fiez pas à son apparence douce et féminine. La jeune femme, une fois sur scène, produit du vrai rap "vénère". Ce qu’elle a prouvé en ouvrant la soirée du festival Demain c’est bien, à L’Heure bleue (St-Martin d'Hères). Son flow est féroce, ses textes tout aussi incisifs que ceux des hommes.

Influencée par les milieux hip-hop et reggae, KT Gorique a posé ses premiers flows - écrits sous forme de poésie - à l’âge de 13 ans. Également free-styleuse et championne du monde du concours "End of the Weak" 2012 (Ligue internationale d’improvisation et de freestyle rap), elle joue avec les mots avec une aisance déconcertante.

Désormais, celle qu’on surnomme Couteau-Suisse dans le milieu rap, enchaîne les dates et les tournées en France et en pays helvète. Son opinion sur la place des femmes dans le hip-hop? "Le rap n’est pas forcément un milieu plus difficile ou plus misogyne qu’un autre", estime la jeune artiste. "Comme dans beaucoup de milieux de la société, les femmes sont seulement moins visibles", précise-t-elle.

Sa musique est aussi le reflet de ses expériences et de son vécu. "Mes textes abordent ce qui me touche personnellement. Je peux autant parler de mon histoire en tant que personne de couleur qu’en tant que femme. Mais sans avoir la prétention de défendre quoi que ce soit. J’essaie par-dessus tout de rester vraie", assure-t-elle. Une sincérité que l’on peut ressentir à travers ses textes engagés et conscients.

Et les hommes, qu’en pensent-ils? "On ne devrait même pas se poser de questions sur la place des femmes dans la musique", estime le Klub des Loosers. Pour le groupe - qui a partagé sur la scène de L’Heure bleue des morceaux poignants extraits de son troisième album "Le chat et autres histoires" -, "rien qu’à la poser, ça prouve bien qu’il y a un problème".

Kacem Wapalek, rappeur aux vers enragés et à la prose affûtée, estime pour sa part qu’"il est important qu’il y ait davantage de rappeuses visibles" sur scène. "Pendant longtemps, le rap féminin était présent mais très underground", explique-t-il. "Ce qui m’intéresse avant tout, c’est le travail artistique. Je ne me dis pas "Ah tiens! Elle rappe bien pour une fille". Je ne veux pas tomber dans ce genre de clivage. Devant un micro, on est tous légitimes."

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 103531 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine