Magazine Société

Glyphosate : quelques éléments fournis par un article du ...

Publié le 01 décembre 2017 par Aldorande_rebelle
Glyphosate : quelques éléments fournis par un article du ...


Glyphosate : quelques éléments fournis par un article du Monde :


Une fois n'est pas coutume, nous allons reproduire ici de larges extrait d'une publication afin de vous proposer un éclairage précis des conditions dans lesquelles sont produites les expertise des Agence de santé nationales et européennes : 
"  Les failles béantes de l'expertiseLes agences officielles européennes ont blanchi l'herbicide en recopiant les évaluations fournies par le fabricant Monsanto.Passé le dédale de passerelles et d'escalators, on arrive à la salle " 2Q2 ", comble en ce 11  octobre. Ce jour-là, à Bruxelles, le Parlement européen accueille une matinée entière d'auditions. Le sujet, le glyphosate, dégage un parfum de scandale. Le sort de l'ingrédient actif du Roundup, le désherbant best-seller de Monsanto, est suspendu à de laborieuses tractations entre  la Commission européenne et  les vingt-huit Etats membres. Alors qu'il ne reste plus que deux mois avant l'expiration de sa licence, la suspicion a contaminé jusqu'à l'opinion publique.

En septembre, la défiance a atteint son paroxysme. Une ONG autrichienne, Global 2000, a révélé, documents à l'appui, que de longs passages du rapport d'évaluation officiel sur la toxicité du glyphosate étaient identiques au dossier déposé par Monsanto pour solliciter le renouvellement de son produit. Son surlignage coloré met en évidence une centaine de pages copiées-collées par les agences européennes.Or ces pages sont précisément celles qui innocentent le produit : ni toxique pour la reproduction, ni cancérogène, ni génotoxique - une capacité à endommager l'ADN qui peut entraîner des cancers. C'est sur la base de cette évaluation que l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait acquitté le glyphosate à l'automne 2015. Et l'opinion de cette agence, déterminante, constitue le socle du verdict attendu lundi 27  novembre. A moins qu'il s'agisse, mot pour mot, de l'opinion d'un employé de Monsanto. C'est ce que notre enquête, en remontant la piste de ces copiés-collés, permet de démontrer.Devant plus de 300 personnes, José Tarazona, le chef de l'unité des pesticides de l'agence,prend la parole dans une atmosphère pesante. Les " allégations de copié-collé et de plagiat ", plaide celui qui a surpervisé le travail de l'agence sur le glyphosate, sont le fait de " gens qui ne comprennent pas le processus ". A l'assistance médusée, il explique que cette pratique relève de la routine : " Les parties qui devaient être copiées ont été copiées et celles qui devaient être modifiées ont été modifiées. "Toutes les agences, apprend-on ce jour-là, se serviraient du fichier des industriels comme point de départ puis, après vérifications, l'amenderaient. Ou pas.

Le public demande des comptes

Il y a quelques mois encore, personne n'aurait imaginé cette discussion d'experts déborder des frontières d'un huis clos technique où elle est d'ordinaire contenue pour devenir un brûlant débat de société. Pourquoi l'avis de l'EFSA contredit-il les conclusions de l'agence des Nations unies pour le cancer, rendues en  mars  2015 ? Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait, lui, jugé que les éléments scientifiques disponibles permettaient de déclarer le glyphosate " cancérogène probable pour l'homme ".L'agence européenne s'est-elle trompée ? Le pesticide le plus épandu au monde est-il oui ou non dangereux ? Doit-il être réautorisé ? Les questions soulevées au fil du feuilleton ne se dissipent pas. Quelque chose a définitivement changé, et cette matinée historique au Parlement en constitue la borne : il y aura un avant et un après-glyphosate. Le public, maintenant captivé, -demande des comptes.Mais le véritable " auteur " du copié-collé ne s'est pas déplacé pour répondre aux questions pressantes des parlementaires. Il s'est décommandé, selon nos informations, au prétexte de " difficultés d'emploi du temps ". Cet auteur, c'est l'Institut de gestion des risques allemand, le BfR, qui avait la responsabilité d'examiner le dossier. En  2013, l'Allemagne avait été désignée comme pays dit " rapporteur ", à la demande de Monsanto et de la Glyphosate Task Force, qui associe les vingt-quatre entreprises commercialisant le glyphosate en Europe. Selon la loi européenne, les firmes ont en effet le droit de choisir.Pour saisir la gravité des manquements dont le BfR et l'EFSA sont accusés, il faut comprendre comment le processus d'évaluation d'un pesticide est censé se dérouler. Avant toute chose, les agences ne font pas elles-mêmes leurs propres études, pas plus qu'elles ne réalisent de tests de toxicité en bonne et due forme. Elles se reposent sur le dossier déposé par les industriels.

" Source d'inquiétude majeure "

Les experts de l'Etat rapporteur doivent ainsi passer au crible les données qu'il contient ; essentiellement deux types de données de nature très différente. D'une part les résultats de tests de toxicité commandités et financés par les firmes. Protégés par le secret commercial, ils ne sont accessibles, sous le sceau de la confidentialité, qu'aux experts des agences. Autrement dit : eux seuls ont à la fois l'autorisation et la responsabilité de les vérifier.D'autre part, le règlement européen demande aux firmes de sélectionner les études scientifiques indépendantes les plus pertinentes, publiées dans les revues savantes, et d'en fournir des " résumés critiques ". Le pays rapporteur analyse l'ensemble, rédige un rapport préliminaire, le transmet à l'EFSA. L'agence européenne supervise ensuite la relecture par les experts des Etats membres. Enfin, après corrections et validation, elle endosse et publie le rapport définitif.
Que s'est-il vraiment passé dans le cas du glyphosate ? Voici une partie de l'histoire telle que Le Monde a pu la reconstituer, notamment à partir des " Monsanto Papers ". Depuis le mois de mars, ces milliers de documents confidentiels rendus publics dans le cadre de procédures judiciaires aux Etats-Unis exposent les secrets les plus intimes de la firme agrochimique américaine, livrant malgré eux le récit de décennies de manipulation de la science pour garantir le maintien du glyphosate sur le marché.Ainsi cette pépite de  février  2012. Il s'agit d'un document interne, un " formulaire d'autorisation de manuscrit ", en amont de la publication d'un article qui doit passer en revue les études scientifiques sur la génotoxicité du glyphosate, et sponsorisé, donc, par Monsanto. A la rubrique " commentaire de l'auteur principal ", il est écrit que " ce travail entre dans le cadre de la Glyphosate Task Force Europe et constituera une précieuse ressource dans la future défense du produit contre les accusations de mutagénicité ou de génotoxicité du glyphosate ".L'article est publié un an plus tard, en  2013. Le texte est identique à celui qui figure dans le dossier fourni par la Glyphosate Task Force aux autorités européennes en  2012. Il correspond à cette fameuse sélection d'études indépendantes restituées sous la forme de " résumés critiques ". Seulement voilà : presque toutes ces études y sont si sévèrement " critiquées " qu'elles ont été jugées " non fiables ", et donc écartées.
" Les trois quarts des soixante études de génotoxicité publiées dans la littérature scientifique ont rapporté que le glyphosate ou des herbicides à base de glyphosate causaient des dégâts sur l'ADN, explique Helmut Burtscher, toxicologue de l'ONG Global 2000, et le premier à avoir relevé les similitudes entre les deux rapports. Mais elles ont été considérées comme «non pertinentes» ou «non fiables». "
C'est donc cette analyse que l'institut allemand BfR a copiée-collée - à moins qu'il ait simplement laissé inchangé le texte envoyé par les industriels. Toujours est-il que près de quarante pages proviennent de leur dossier, soit la quasi-totalité de son chapitre " Génotoxicité ". La même chose s'est produite dans les deux autres chapitres au coeur de l'évaluation avec les études explorant les propriétés cancérogènes et toxiques pour la reproduction du glyphosate.Ensuite, la soixantaine d'experts européens impliqués dans la relecture ont validé l'évaluation du BfR. Si bien que ce texte, conçu au départ par Monsanto pour contrer les " accusations de mutagénicité ou de génotoxicité ", fait partie intégrante du rapport final de l'EFSA en  2015. Leurs conclusions sont donc identiques : le glyphosate n'est pas génotoxique.

" Aucune raison de réécrire "

A la demande de l'ONG Global 2000, Stefan Weber, un chasseur de plagiats autrichien de réputation internationale, s'est penché sur le travail du BfR. Pour lui, il s'agit là d'un cas constitué de " fraude scientifique ". A aucun moment le BfR ne signale l'origine du texte, explique-t-il dans un rapport publié à la fin septembre  de 2017, si bien que le lecteur n'est pas en capacité de " discerner quels passages proviennent du demandeur ou de l'autorité ".Le BfR, lui, semble ne pas comprendre ce qui lui est reproché. Dans un premier communiqué publié le  15  septembre, il assure avoir " consciencieusement et en détail examiné et évalué " les données figurant dans le dossier de la Glyphosate Task Force. L'institut l'assume : son analyse coïncide avec celle de David Saltmiras, l'employé d'une firme qui a beaucoup à perdre. " Si les demandeurs citent correctement - les - études, est venu justifier un deuxième communiqué, les autorités européennes chargées de l'évaluation n'ont, par le passé, eu aucune raison de réécrire leurs déclarations. "Il est midi trente, le 11  octobre, quand les auditions sur " Les Monsanto Papers et le glyphosate " s'achèvent. Dans le couloir, des eurodéputés du groupe des socialistes et démocrates font du tapage devant les caméras. La confiance dans l'intégrité du processus d'expertise européen s'est désagrégée en à peine quelques mois, étape après étape, paragraphe après paragraphe.
Ils veulent maintenant pousser cette remise en question jusqu'au bout. Avec les Verts et la Gauche unitaire, ils réclament une enquête parlementaire sous la forme d'une commission spéciale ayant pour but d'" améliorer le processus d'autorisation des pesticides ". Reste à convaincre les autres groupes de les suivre. La création de la commission devrait être décidée courant décembre."
S. Fo. et S. Ho.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aldorande_rebelle 52 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine