Magazine Poésie

Nous n'irons plus au bois

Par Vertuchou

Nous n'irons plus au bois , les lauriers sont coupés.
Les Amours des bassins, les Naïades en groupe
Voient reluire au soleil en cristaux découpés
Les flots silencieux qui coulaient de leurs coupes.

Les lauriers sont coupés, et le cerf aux abois
Tréssaille au son du cor ; nous n'irons plus au bois,
Où des enfants joueurs riait, la folle troupe,
Parmi les lys d'argent aux pleurs du ciel trempés;

Voici l'herbe qu'on fauche et les lauriers qu'on coupe.
Nous n'irons plus aux bois, les lauriers sont coupés.

Théodore de Banville

Partager cet article

Repost 0
Nous n'irons plus au bois
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

L’orchidée que j’ai peinte
L’orchidée que j’ai peinte
La sincère
La sincère
Dis-moi, dis, souriante enfant
Dis-moi, dis, souriante enfant
Je fuis la ville, et temples, et tous lieux
Je fuis la ville, et temples, et tous lieux

Poètes D'hier

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine