Magazine

Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 256

Publié le 03 décembre 2017 par Antropologia

Dé-stabilité

Il  semblerait   que  les  commerces  soient  à  la (grande) ville  ce que  les champignons sont  à la forêt.  Sauf que  pour les seconds  on sait les conditions qui les font  surgir dans des endroits précis  et connus par les cueilleurs. Mais  la métaphore fonctionne par contre quant  à la soudaineté de la pousse.

Les habitants du centre-ville ont en effet l’impression de vivre dans un paysage constamment mouvant, chaque  jour leur environnement quotidien, leur rue par exemple, se  modifie à une vitesse affolante à moins qu’ils ne soient plus en capacité d’être attentifs au jour  le  jour à  des transformations plus lentes. Monde  éphémère  qui nous fait perdre nos repères… L’étrange sensation que des hordes d’agenceurs s’activent la nuit  pour  disparaître au petit matin s’installe.

Il y a eu  les enseignes de téléphonie, les cigarettes  électroniques, les coques de portables, les ustensiles de cuisine, les savons  artisanaux…  Tiens, l’injonction hygiéniste a d’ailleurs disparu : où sont passées les boutiques de savons ?

Aujourd’hui la décoration  et le gadget  semblent tenir la corde, les boutiques de créateurs associés fleurissent (il n’y a décidément plus de saisons…) jusqu’à l’épuisement  supposé du  marché, et ensuite ? L’aménagement des toilettes ? Les lunettes  en fourrure, les trônes molletonnés, les balayettes en fibres,  les chasses-laser ?

Contre le trouble, le marketing  joue  cependant  la  transparence : autre tendance, il faut montrer les  employés ou les artisans au  travail, dans les  restaurants, les boulangeries, les  boutiques  de lunettes low cost… les aquariums se multiplient. Donne-t-on à  voir, à surveiller ou vend-on de l’illusion ?

Colette Milhé



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antropologia 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte