Magazine Culture

Lady Dynamite (Saison 2, 8 épisodes) : la magie de l'absurde

Publié le 05 décembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews


Alors que la première saison de Lady Dynamite était une agréable surprise, je dois avouer que cette seconde saison l’est tout autant (voire même plus). C’est un antidote parfait au monde qui va mal, ou encore à ce moment anti-féministe que la série se fait un malin plaisir de critiquer et détruire sous nos yeux. En seulement huit épisodes, Lady Dynamite n’a pas perdue de sa folie. Maria Bamford est toujours parfaite sous les traits de Maria Bamford. C’est un oasis plein de folies qui était nécessaire en ces temps difficiles. Notamment aux Etats-Unis. J’ai enchaîné les épisodes comme des petits pains chauds alors que l’on assiste à ce qui pour moi est une sorte de parodie de la vie, avec de vrais messages de vrai dedans. Si la réalité est complètement bête, la vie qu’il y a dans la tête de Maria Bamford est un ange tombé du ciel. Grâce à tout un tas de références meta bien fichues, on suit alors les chroniques des mésaventures de Maria en tant qu’actrice et comédienne. A certains moments, on sent que Lady Dynamite cherche à raconter des vérités que l’on n’a pas tous envie d’entendre et qui sont difficiles à entendre mais tout cela est couplé avec le charme de la série et je dois avouer que cela fonctionne bien. Dans la saison 1, Maria revenait à Hollywood après avoir suivi un traité allongé pour ses problèmes.

Au début de la saison 2, elle est dans un meilleur état, un état plus stable dirons nous. Elle semble passer de bons moments dans sa relation avec Scott (incarné par Olafur Farri Olafsson) mais les problèmes et le stress de la vie sont toujours présents, surtout quand son agent Karen Grisham va parvenir à lui dégoter sa propre série sur le réseau de streaming Muskvision (qui n’est autre qu’une référence meta à Netflix). Il y a aussi Maria qui parle à la caméra et dit les problèmes qu’elle a eu avec la saison 1 (de sa série dans la série, alors que l’on sait très bien qu’elle parle de Lady Dynamite). La série aime rappeler à ses téléspectateurs qu’ils regardent une série, sans pour autant nous distraire du reste. Pour apprécier pleinement Lady Dynamite pour faut adorer l’absurde et c’est un genre que j’ai toujours apprécié. C’est un truc qui fonctionne bien dans Crazy Ex Girlfriend (dont je dois toujours terminer la saison 2). Il y a une vraie anarchie dans la construction de cette série qui lui donne son ton propre et unique. Il n’y a pas deux Lady Dynamite et c’est peut-être aussi pour cela que la série est aussi séduisante. Car elle ne ressemble à aucune autre série.

Lady Dynamite sait créer des personnages féminins qui sont différents de ceux que l’on aurait pour habitude de voir ailleurs, et cela parvient à rendre la série tout de suite beaucoup plus intéressante et attachante à mon goût. Mais Maria a aussi ses moments plus difficiles cette année alors que la série choisit de parler de choses plus complexes et plus sombres. Les émotions ne sont jamais cachées derrière les rires que la série peut provoquer. Au contraire, elles sont mises en avant afin de rappeler aussi au téléspectateur que ce n’est pas qu’une série pour se moquer, mais aussi une série pour parler de certains sujets particuliers. Je dirais que Lady Dynamite est une sorte de break parfait pour sortir un peu de ce monde morose dans lequel nous sommes et dont beaucoup de séries s’inspirent pour le rendre encore plus morose. Au contraire, c’est ici joyeux, jovial et plein de bons moments pour que l’on ne s’ennuie pas. L’absurde joue alors un rôle important et c’est tout ce que l’on pouvait attendre de la part de Lady Dynamite. Finalement, j’ai déjà hâte de voir une saison 3 de la série si jamais Netflix avait décidé d’en commander une. En tout cas, Lady Dynamite ne mériterait amplement.

Note : 8/10. En bref, toujours aussi drôle et fun, avec une pointe d’émotions là où il faut.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte