Magazine Culture

Critiques Séries : Marvel's The Punisher. Saison 1. Episodes 2 et 3.

Publié le 05 décembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

Marvel’s The Punisher // Saison 1. Episodes 2 et 3. Two Dead Men / Kandahar.


Le monde de The Punisher n’est pas le plus simpliste à dépeindre qu’il soit tant il y a de strates différentes dans la vie de ce héros. C’est un héros blessé qui a vécu des tas de choses dans sa vie. Les séries de Marvel sur Netflix aiment cependant les conspirations gouvernementales (même si ce n’est pas que les séries Marvel de Netflix…). Et c’est facile de comprendre pourquoi les scénaristes ont décidé de mettre en scène des conspirations de ce genre là. Notamment car c’est une bonne façon de créer des arcs narratifs où les éléments s’imbriquent petit à petit. Mais la conspiration de Kandahar prend un peu plus de sens non pas dans « Two Dead Men », mais bel et bien dans les flashbacks de « Kandahar », racontant les aventures de notre héros où une autre époque. Ce que l’on sait dans le second épisode c’est que le commandant de Frank, le colonel Ray Schoonover est impliqué dans une histoire de contrebande d’héroïne à Kandahar et qu’il a sûrement tué l’officier de police afghan Ahmad Zubair afin de se laver les mains. Sauf que Frank est aussi impliqué dans la torture et la mort de Zubair d’après ce que l’on entrevoit dans cet épisode. La conspiration a plusieurs ramifications, entre la sécurité du territoire, la NSA, etc. ce qui rend le tout un brin plus palpitant.

Mais il est difficile de comprendre où est-ce que The Punisher veut réellement nous emmener ici. Du coup, je reste un peu sur ma faim, ce qui est logique. Je pense que l’on va en découvrir un peu plus dans les futurs épisodes alors que les premiers sont surtout là pour dire où est-ce que la saison se dirige et qui sont les grands vilains que Frank/The Punisher va devoir combattre. Si la série a cependant compris quelque chose c’est que son héros, Frank Castle, est un bon personnage et c’est pour cela que la série décide alors de mettre le héros en avant par rapport à la conspiration. Jon Bernthal est sans aucun doute la meilleure chose que l’on pouvait attendre de la part de cette série. Et les moments que l’on passe avec Frank sont les plus touchants et les plus intéressants jusqu’à présent. La série parvient également à créer un lien avec Daredevil alors que Karen Page (incarnée par Deborah Ann Woll) va rendre une petite visite à Frank. Sauf que Frank est différent face à Karen, ce qui est étonnant. Il n’a pas le charme superficiel qu’il a avec Sarah par exemple. Il parvient à apporter une autre vision de son personnage encore et l’acteur, dans toutes ses nuances, parvient à nous le faire ressentir.

Frank et Karen avaient bien bossé ensemble dans Daredevil, donc il n’est pas si étonnant de voir les deux bien bossés ici. C’est un choix intelligent de la part des scénaristes qui donne un autre sens à la saison et permet de relier le tout à l’univers dont la série est issue au départ. Avec « Kandahar », The Punisher nous démontre pleinement ses capacités et surtout ce qu’elle veut nous raconter depuis le début avec un charme étonnant. La série revisite alors ici l’histoire passée de Frank sous la forme de flashback contrairement aux deux épisodes précédents qui le faisaient dans le présent au travers de discussions. C’est un choix intelligent que de mettre en image plutôt que d’asseoir les personnages autour d’une table afin de discuter. Tout cela permet de donner un sens à ce que The Punisher veut nous raconter et surtout cela permet de nous plonger au coeur de la vie passée de Frank. La série se concentre alors énormément ici sur Frank et Micro, afin de comprendre la paranoïa dans laquelle les deux personnages vivent. C’est façon de façon très soignée, sans fausse note. Surtout qu’il y a une vraie alchimie qui se développe entre Jon Bernthal et Ebon Moss-Bachrach. Les deux acteurs ont un truc à partager et les scénaristes parviennent à le mettre en avant sans déborder dans tous les sens.

Je me demande si le bouton de Micro n’est pas une sorte de référence à Lost. Je sais que je vais sûrement chercher cela très loin étant donné que à la base The Punisher est un comics, mais j’ai bien aimé le penser. Si le face à face entre Micro et Frank permet de donner une structure à cet épisode, les flashbacks de Frank permettent encore une fois de plonger au coeur des émotions du héros. Et cela se fait de façon intelligente sans fausses notes. Que demander de plus en somme…

Note : 6.5/10 et 9/10. En bref, brillant et bon à la fois.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 17139 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte