Magazine Culture

Critiques Séries : Designated Survivor. Saison 2. Episodes 8 et 9.

Publié le 07 décembre 2017 par Delromainzika @cabreakingnews

Designated Survivor // Saison 2. Episodes 8 et 9. Home / Three-Letter Day.


Bon, il semblerait que Designated Survivor ait enfin compris ce qu’elle veut faire cette année. C’est déjà pas mal mais il en aura fallu du temps pour que la saison ait une vraie signification car ce n’était pas gagné dès le départ. Avec « Home », la série utilise un peu mieux Kiefer Sutherland, ce qui permet de passer un bon moment. Sans compter que les intrigues ne sont pas si mauvaises que ça finalement. L’épisode ne se concentre pas nécessairement sur un truc en particulier mais il met en place des choses pour la suite. Les menaces sont associées les unes aux autres de façon un peu plus intelligente sans nous ennuyer autant que la plupart des épisodes de cette saison 2 pour le moment. C’est un truc que d’autres épisodes ont essayé de faire cette année mais ont échoué à faire. Ce n’est pas que tout est intéressant non plus, mais suffisamment pour que l’on ait envie de poursuivre l’aventure. Kirkman passe une bonne partie de son temps avec la seule personne de sa famille en vie (Brian Howe) alors qu’il rend visite aux troupes américaines en Afghanistan et tente d’apporter la paix au Moyen Orient. Designated Survivor ne fait jamais les choses à moitié. Après l’histoire de la loi sur le contrôle des armes et bien d’autres sujets politiques difficiles sur le territoire américain que la série a traité, c’est au tour de la paix au Moyen Orient.

L’épisode se concentre alors énormément sur la famille, même pour Hannah, ce qui permet de créer des intrigues suffisamment attachantes pour se sentir concernés en temps que téléspectateurs. Toutes les intrigues autour de Kirkman sont finalement bien plus intéressante que celle de Kirkman lui-même. Peut-être car elles font avancer les choses alors que le Président reste un peu trop statique, en visite, durant une bonne partie de l’épisode. Mais Kiefer Sutherland est là pour apporter un truc complètement différent et c’est peut-être pour cela que la série se repose sur lui quand il s’agit de longues discussions et de négociations. Une partie de cet épisode fonctionne donc suffisamment bien pour que l’on ait envie d’aller au bout sans trop de difficultés. Cela m’a même donné envie de suivre l’épisode suivant, « Three-Letter Day ». Ce dernier permet encore une fois à Designated Survivor de s’inspirer de A la Maison Blanche, ce qui n’est pas une mauvaise chose, même si je trouve que Madam Secretary s’y prend toujours mieux que cette série là. Bon, ce n’est pas parce que The West Wing a déjà traité une thématique que Designated Survivor tente de la copier mais la comparaison se fait forcément ressentir à un moment donné.

Oui, Designated Survivor n’est pas The West Wing mais la série ne cherche pas forcément à lui ressembler non plus. Hannah se retrouve alors aspirée dans cet épisode dans deux cas de la semaine, ce qui permet de donner un sens d’urgence à ce qu’elle fait à l’écran. Maggie Q continue d’être un bon élément dans Designated Survivor mais uniquement quand la série sait l’utiliser, comme c’est le cas dans cet épisode. Le twist de l’épisode est légèrement prévisible mais avec cette série on est maintenant un peu trop habitués à ce genre de revirements de situations. Je trouve ça encore une fois dommage de ne pas aller un peu plus loin mais bon, je ne pense pas que le but de la série soit de trop creuser. Elle reste en surface pour rester simpliste et compréhensible de tous sans trop s’éparpiller. Mais le résultat c’est qu’à la fin, on ne peut pas totalement se laisser immerger ou que louper un épisode n’est pas un gros problème.

Note : 5/10. En bref, Designated Survivor reprend les choses en main mais des efforts sont encore nécessaires.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte