Magazine Bd

Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben

Par Hectorvadair @hectorvadair
Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben

« Shadows on the Grave » T 6, 7, 8 par Richard Corden et divers (Dark Horse Comics)
Le mois de Septembre dernier a eu lieu la conclusion de la série « Shadows on the Grave », magnifiquement imaginée par Richard Corben et « colorisée » (en gris) par sa femme Beth Corben Reed, dans un renouveau vintage bien senti. On a déjà eu l’occasion de parler ici (numéros 1 et 2) ou là (tome 5) de ces comics noir et blanc divisé en deux parties : trois historiettes indépendantes dans la grande tradition Warren, et un récit au long cours en fin de fascicule :
«
Denaeus », se déroulant dans l’antiquité.
Le
numéro 6 propose :
En ouverture, (une sorte de préface contée), dans un superbe noir et blanc, le terrible « Lionel Wayne Jameson ».
Chapitre 1 : «
The Grifter », écrit par Mike Shields.
Histoire de Cole Jamison, commercial en panne (comme souvent) dans la campagne, qui tire à pied jusqu’à un petit village.Là, il est reçu comme un Dieu, à qui l'on propose tout ce qu’il veut. Les villageois le prennent apparemment pour quelqu’un d’autre. Mais.. quel prix sera à paye sen échange de ces « cadeaux » ?
«
Trapped» nous conte la chasse dans les montagnes enneigées de Simon Orn, trappeur sans pitié.Lorsqu’il abat une créature étrange mi loup mi ours, protégée par la police montée, il ne se doute pas de la suite des évènements…« Birthday », un peu plus «  déjà vu » (merci Berni Wrightson et Stephen King ?) nous conte les souvenirs hantés de John Barston. Se confiant à son psy, il raconte sa rencontre, dans un cimetière, avec une femme déterrée, qui veut lui souhaiter son anniversaire en l’attirant à elle. Qui est cette femme,pourquoi le hante t’elle ? et est-ce seulement un rêve ?
« Denaeus », chapitre 6 nous présente la suite tragique du roi Akrokos, qui a récemment vu sa famille massacrée et servie au repas du soir. Sa fin sera aussi particulièrement macabre.. Denaeus et Lustra, son nouvel amour, vont peut-être pouvoir commencer à savourer leur nouvelle vie.
C’est la « Hungry House » qui fait le quatrième de couverture, comme d’habitude présenté par Mag the Hag

Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben

Denaeus


Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben
Numéro 7 : ouverture avec « The Prisoner », mettant en scène le vieux Wilfried et sa soeur esclave Pearl.
1er chapitre :
« Legacy of Hate » : raconte la fin de vie du vieux grippe-sous Joshua Bullard. Celui-ci reçoit sèchement ses deux neveux à son chevet, leurs annonçant qu’ils n’obtiendront rien de son héritage. Il sont pourtant loin d’être fortunés. Après sa mort, lorsque sa maison prend feu, il n’est plus question d’héritage. Mais Stan Haywood, le majordome de Bullard, vient rendre visite aux neveux pour leur proposer de récupérer la fortune du vieux, en fait cachée dans une crypte sous le manoir, avant sa mort, aux côté de sa momie. Est-ce un plan sans danger ?
Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben

« Digger » : Jed Aukman est un cousin éloigné du docteur Hardel Benrk. celui-ci, peu éduqué, est embauché comme fossoyeur au cimetière. Son acariâtre cousin lui a demandé de substituer le cercueil neuf d’un récent décédé, avec un plus ancien, afin d’en retirer un peu d’argent.
A la nuit, intrigué par l’attitude du pauvre fossoyeur, il le suit vers sa cabane, où celui-ci tient un dialogue étonnant avec une femme. De qui ce gueux peut il être l’amant ?Il semblerait que ce soit de sa propre ex femme, morte empoisonnée par ses soins.Impossible !? Et pourtant…
« Roadside Horror Museum » nous emmène sur le bord d’une route isolée, ou le couple formé par Carl et Doreen, prise en stop, s’aventure pour un détour d’arrangement. Le musée des horreurs qui s’offrent à eux dans une vieille bicoque les intrigue suffisamment pour y faire une halte. Dans le jardin de cet endroit tenu par une vieille femme étrangement accoutré, de drôle de sculptures végétales, avec des formes vivantes enchevêtrées. Du beau travail en papier mécha se dit Carl, qui ne souhaite pas s’attarder. Un peu plus tard, forcé par Doreen et revenant sur les lieux pour en avoir le coeur net, Carl va comprendre, à ses dépends, que les femmes aiment les jardins… à la folie.
Denaeus « Crushed » nous emmène dans les monts déserts où une troupe du prince Moronicles (fils du roi assassiné) pourchasse nos héros, mais leur habilité au tir et à l’embuscade va leur permettre d’en réchapper. Par contre, la vielle sorcière aveugle Grymera ne souhaite laisser aucune chance aux protagonistes, et scelle leur sort en poignardant Daneus, puis en déclenchant un éboulis général.
Quatrième de couverture :
Mag the hag : « The Switch »
Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben
Numéro 8 : ouverture avec « The Maze »
Chapitre 1 : « Antique Shop »
« Shifty » Boldner n’a plus rien à vendre dans sa boutique et se dit qu’il pourrait se renflouer en dérobant une pièce de collection dans les antiquités de son voisin mister Schoque. Mais celui-ci le voit venir de loin et le renvoit sans ménagement. Le soir, après son départ, Boldner force l’entrée et s’empare d’un étrange bébé caché au fond d’une jarre. Mais que voulait-il en faire ? Laissant pour mort l’ancien antiquaire, il s’enfuit avec son butin, pour un avenir bien incertain.
« The Dare » Bixby et son copain Will s’amusent comme les deux enfants qu’ils sont dans le vieux cimetière proche, déjà abandonné, où ils ont réussi à s’introduire. Ils sont attirés par un mausolée à mauvaise réputation, à la grille à peine fermée. Bixby met au défi Will d’y pénétrer, s’il ne veut pas passer pour un « couille-molle ». Celui-ci rentre.. et Bix referme la porte. Pourtant il ne pourra plus la rouvrir. Il s’enfuit donc, allant tenter de cherche de l’aide. Lorsqu’il revient avec le méchant gardien du cimetière... plus de Will. On ne le reverra jamais. Des années plus tard, Bix, devenu vieux, revient une dernière fois, s’efforçant à refaire le chemin jusqu’au mausolée. Est-ce une bonne idée ?
Triste et tragique cette histoire d’enfant, une des meilleures de la série.
Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben
« A Hill of Husbands »
Mureena Gasque est une jeune veuve qui a déjà enterré trois maris fortunés. Elle visite sa mère dans le mausolée familial où repose aussi Wilson Gasque. Puis elle va rendre visite au sommet de la colline, à feu ses trois maris. Ceux-ci, certainement très frustrés de n’avoir pas pu profiter comme ils le souhaitaient de la belle Mureena, sortent de leur tombe et la pourchassent, avides de son corps. Mureena va t’elle s’en sortir ? et comment ?Heureusement qu’elle a gardé le sifflet de Wilson.
Une très bon récit.
Denaeus « Petrified !! »
Dans ce chapitre final, on assiste à un dénouement à la fois tragique émouvant, dont le mot clé est « Pétrifié ».
« Denaeus » nous aura embarqué dans une histoire de sword and sorcecy de bon niveau, magnifiquement dessiné par un Corben en grande forme, tant au niveau scénario que dessin.
Quatrième : « The Final Plot » : Mag the Hag nous la joue « dernière histoire sans fin » pour cet ultime épisode conclusif. Bien fun.
Conclusion : Dans l’ensemble, et même si on peut préférer telle ou telle histoires, les historiette macabres constituant « Shadows on the Grave »ont permis de se régaler au long de plusieurs moisde tout ce qui fait le charme et la grandeur de ces ambiances Warren, d’un temps que l’on pensait révolu. (1)
Richard Corben a su nous surprendre avec cette série, et comme déjà écrit auparavant, le format en fascicule est parfaitement adapté au genre. Dark Horse annonce la publication d’un album cartonné pour le 17 janvier, reprenant l’intégralité des mini récits et de « Denaeus », sur 240 pages. On espère qu’en France, l'éditeur Delirium est déjà sur la piste pour publier cet album dores et déjà culte, ;-)
Franck GUIGUE

Conclusion pour « Shadows on the Grave » de Richard Corben

Warrant publishing


Toutes images : © Richard Corben/Dark Horse
(1) A noter que Richard Corben publie d’ailleurs en ce moment de nouveaux récits dans l’autre revue faisant référence ouvertement aux titres Warren, (Creepy, Eerie…), aux côtés de la Terrible Tomb of Terror de  John Bloque, à savoir : The Creeps, de Rich Sala. Le numéro 10 entre autre, proposait cet été le récit : « Fair Trade », une histoire de switch entre deux corps de femmes, qui rappelle beaucoup un de ces anciens récits des années 70.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hectorvadair 1484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines