Magazine Culture

Critiques Séries : Black Lightning. Saison 1. Pilot.

Publié le 17 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Black Lightning // Saison 1. Episode 1. Pilot.


C’est presque étrange de voir Black Lightning sur The CW tant cette série ressemble un peu plus à ce que Marvel peut produire pour Netflix avec ses Defenders. Créée par Salim Akil (Being Mary Jane) et Mara Brock Akil (Being Mary Jane), Black Lightning nous offre pas mal de surprises notamment dans sa façon de dépeindre un super-héros mature, loin des gamineries de ce que peuvent faire The Flash ou encore Supergirl. S’il y a beaucoup de super-héros sur The CW, ce n’est pas la seule chaîne à en proposer. Mais Black Lightning sait être différente et c’est sûrement sa plus grande qualité. Dès les premières images, Black Lightning parvient à s’installer comme une série originale et très différente de tout ce que The CW (voire d’autres supports) propose. Ce n’est pas qu’une question de casting afro-américain et héros de la série mais bien plus que ça. Si Arrow ou encore The Flash font tout de suite partie d’un univers complexe et énorme, Black Lightning se veut tout de suite beaucoup plus intimiste, même si l’on n’est clairement pas à l’abris d’un cross-over un jour avec d’autres séries. « The Resurrection », le titre de ce premier épisode, se sert alors de l’univers de la série afin de remettre le Principal Jefferson Pierce (incarné par Cress Williams) dans la peau de Black Lightning, le super-héros qu’il a arrêté d’être depuis plusieurs années...

Jefferson Pierce, un super-héros qui a raccroché son costume depuis plusieurs années, se voit dans l'obligation de ré-endosser son identité secrète lorsque sa fille et un de ses élèves se retrouvent en danger. Il redevient Black Lightning, un méta-humain qui contrôle les champs électro-magnétiques..

Mais la série cherche aussi à présenter les personnages dans leurs univers respectifs avec ce que cela peut inclure de relations entre les personnages et de leur place à venir dans la saison. La série propose aussi de réfléchir sur des données bien différentes, notamment le profiling racial, qui permet de faire évoluer Black Lightning de façon intelligente dans une direction différente de ce que j’avais imaginé au départ. La série intègre également pas mal de choses différentes, notamment la notion de justice qui n’est pas présentée ici de la même façon que dans les précédentes séries de l’univers DC sur The CW. Il y a de jolies confrontations entre les personnages, ce qui permet à Black Lightning de donner un peu de trucs aux téléspectateurs pour que ces derniers apprécient pleinement ce qui nous est conté. Le propos est alors suffisamment nuancé pour nous proposer pas mal de bons éléments tout au long de la saison, et si cela peut se poursuivre au fil des épisodes de cette première saison, alors je suis persuadé que Black Lightning a un véritable avenir. De plus, contrairement aux autres séries de The CW, Black Lightning est un homme avec une présence physique qui s’impose tout de suite et parvient à créer un charisme autour de la série et une aura qui donne envie de poursuivre l’aventure rapidement…

Note : 8/10. En bref, une belle introduction pour une série pleine de potentiel.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte