Magazine Société

Un film nourrissant

Publié le 18 janvier 2018 par Fabianus

UN FILM NOURRISSANT
On pensait qu’elle avait tourné définitivement la page du septième art mais c’était sans compter sur l’obstination de Marc Hélezespris. Le jeune réalisateur a su convaincre notre BB nationale de se remettre devant la caméra, pour le plus grand bonheur de ses fans (chiens de tous poils, bébés phoques et même quelques humains nostalgiques…).
Le film est insipide comme le goût des plats que tente de savourer Aubin Marie (Brigitte Bardot), boulimique frappée d’agueusie.
Le scénario est bien plat, mal cuisiné et ne tient pas la distance avec le modèle du genre « la grande bouffe » de Marco Ferreri (1973).
Marie ne peut s’empêcher de manger, de se perdre dans la nourriture pour oublier le mal qui la ronge : un passé glorieux d’actrice vénérée la rattrape dans ses nuits. Elle se lève (long passage nocturne où on devine vaguement une silhouette empâtée qui pourrait tout aussi bien être celle de Maïté évoluant dans une galerie minière, houilles ouille ouille !) et descend à la cuisine pour vider le réfrigérateur.
Pour l’accompagner dans cette déchéance  elle écoute un tango d’art (et non pas « elle écoute un temps Godard »). Ça lui donne un rythme soutenu et permet surtout de donner à ce film son unique support musical.
Elle mange, engloutit tout en vitupérant contre ces jeunes artistes allumeuses qui balancent leur porc sur les ondes et les réseaux sociaux. Et en parlant de porc, eh bien, elle en reprend. Et pas qu’un peu ! Avec de la mayonnaise mélangée à la Chantilly !
Mais le goût n’est pas au rendez-vous. Elle consulte un spécialiste, le Docteur Sam Etausne (joué par un jeune peu prometteur, Michel Picolloli, dont le nom n’est même pas inscrit sur le générique). Le spécialiste s’avère charlatan et, comble d’ironie, se vautre également dans l’abondance alimentaire.
Les deux êtres vont fatalement se retrouver dans la bombance orgasmique. Les morphales évoluent de concert, ignorant les maux des rations. Aucun des deux ne relèvera l’autre.
La fin suicidaire sous le miaulement strident des chats et l’aboiement douloureux des chiens constitue le point d’orgue de ce court métrage quelque peu navrant.
On se demande encore pourquoi BB s’est lancée dans cette aventure dans laquelle Hélezespris jouait gros (il aurait hypothéqué son mas « Scarpe-Aulne », belle résidence douaisienne où il a planté l’alnus).
Jouer gros pour un résultat qui risque d’être maigre…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine