Magazine Culture

Animal Kingdom (US) (Saison 2, 13 épisodes) : crimes et châtiments

Publié le 18 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


La première saison de Animal Kingdom était agréable et plein de bonnes surprises. La seconde n’est malheureusement pas autant à la hauteur que sa prédécesseur, à mon grand regret. En effet, il doit falloir environ une bonne moitié de saison pour que celle-ci décolle enfin, alors que les épisodes prennent leur temps pour ne raconter que très peu de choses passionnantes. La saison ralenti les intrigues afin de ne pas tout raconter trop vite, pour un récital assez problématique qui ne permet pas de faire évoluer grandement chacun des personnages de la série. Tout cela porte forcément préjudice à la série. La première saison s’était achevée sur une jolie scène et surtout sur un ton particulier qui avait alors transformé la série en une sorte de série feel-good avec un brin de tous les bons ingrédients qui vont avec. On se retrouve cette année dans une saison qui a décidé de faire un chemin complètement différent, ralentissant toutes les intrigues pour tenter de confronter les personnages dans des situations guère passionnantes. La série laisse alors un peu de côté toute la noirceur qui faisait le succès de la série pour laisser place à des moments douteux, que les scénaristes ne maîtrisent pas et ne permettent pas de gagner en panache alors que le but était clairement de nous intriguer au départ.

Reste alors cette guerre familiale interne entre les fils et leur mère, Smurf. C’est un fil rouge qui subsiste dans une série qui ne parvient malheureusement pas à relancer la mécanique déjà bien paumée dès les premiers épisodes de la saison. Animal Kingdom prend son temps aussi pour nous installer des intrigues chevauchant les autres, sans que cela n’ait véritablement de lien avec ce qui avait été introduit précédemment. On sent alors que les scénaristes se reposent sur leurs lauriers, préférant la facilité à la complexité narrative que proposait par moment la première saison. Surtout que ces nouvelles intrigues ont énormément de mal à décoller, comme si les scénaristes étaient coincés avec des idées qu’ils n’ont pas vraiment pensés jusqu’au bout. Reste alors tout de même de bons moments comme le braquage dans l’épisode 2.05 qui est l’un des moments forts de la saison. Et de ce point de vue là, il n’y a rien à redire, Animal Kingdom continue de susciter un certain intérêt. Fort heureusement tout de même que la fin de la saison relance un peu une machine qui s’était grippée alors que TNT a déjà commandée une saison 3 de la série qui nous permettra de retrouver Ellen Barkin et cie dans de nouvelles aventures.

Si la saison 3 n’arrivera qu’à la fin de cette année 2018, Animal Kingdom cherche alors ici à s’affranchir de la noirceur qui faisait aussi son originalité afin de se transformer en produit un peu plus passe-partout, cherchant à séduire tous les types de téléspectateurs pour un résultat des plus navrants. Comme par exemple pour le personnage incarné par Shawn Hatosy qui perd toute sa dualité pour une romance mi-figue mi-raisin pas vraiment passionnante. Avec des intrigues qui tire sur la corde et des personnages pas franchement développés cette année, la série perd alors la raison et surtout le téléspectateur en cours de route. J’avais abandonné un peu la série lors de sa diffusion une fois le troisième épisode passé, pour mieux la reprendre plus tard et enchaîner les épisodes pour ne pas subir les intrigues ennuyeuses qui ne m’ont pas vraiment pris au corps comme j’aurais aimé. Fort heureusement que le final de la saison a le mérite de proposer quelque chose d’un brin plus palpitant et plus osé par rapport à ce que la saison a pu faire dans sa globalité. Et il faudra à la saison en faire des tonnes pour réellement nous prendre de court et faire quelque chose l’encontre des intrigues développées une fois de plus. Le conflit familial qui se prépare l’année prochaine a de quoi être excitant si les scénaristes savent s’y prendre bien entendu.

Note : 4/10 (épisodes 1 à 5), 5/10 (épisodes 6 à 13). En bref, une saison très inégale qui met énormément de temps à décoller et qui ne retrouve pas l’énergie de la première saison. Dommage.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte