Magazine Santé

DIABÈTE de type 2 : La modulation électronique du nerf sinus carotidien réduit aussi la glycémie

Publié le 22 janvier 2018 par Santelog @santelog
DIABÈTE de type 2 : La modulation électronique du nerf sinus carotidien réduit aussi la glycémie

La résection bilatérale du nerf sinus carotidien, et donc la suppression de la connexion entre le corps carotidien et le cerveau, peut permettre de rétablir la sensibilité à l'insuline et la tolérance au glucose. C'est la première conclusion de cette étude de la Cedoc-Nova Medical School (Lisbonne). Mais, en alternative à cette approche chirurgicale, l'étude montre également l'efficacité d'une modulation électrique du nerf sinus carotidien, moins invasive, et capable de restaurer également l'homéostasie du glucose. La preuve est ici apportée chez l'animal et dans la revue Diabetologia.

En 2013, l'équipe du Dr Silvia Vilares Conde avait déjà montré que le corps carotidien, un organe situé dans la bifurcation de l'artère carotide et documenté comme capteur d'oxygène, contribue à la régulation de la sensibilité périphérique à l'insuline et que son dysfonctionnement est impliqué dans le développement des maladies métaboliques. Ensuite, d'autres recherches menées sur des rats diabétiques avaient montré que la résection bilatérale du nerf sinus carotidien, et donc l'abolition de la connexion entre le corps carotidien et le cerveau, rétablit la sensibilité à l'insuline et la tolérance au glucose. Alors que cette approche chirurgicale irréversible présente des inconvénients, puisque le corps carotidien possède d'autres fonctions physiologiques comme la réponse au manque d'oxygène (hypoxie) ou l'adaptation à l'exercice, l'équipe a cherché à obtenir la diminution de l'activité de cet organe, par d'autres méthodes, pensant que cela pourrait constituer une stratégie thérapeutique prometteuse contre le diabète de type 2.

La modulation électrique du nerf sinusien de la carotide est ici démontrée efficace, toujours chez le rat, la même équipe, avec le soutien du laboratoire pharmaceutique Galvani Bioelectronics (ex Glaxo Smith Kline Bioelectronics). La recherche montre en effet qu'il est possible de maintenir par modulation électrique l'homéostasie du glucose chez l'animal modèle de diabète, en lui implantant des électrodes dans le nerf sinus carotidien. Et la technique n'entraîne pas d'effets indésirables significatifs.

Un nouveau traitement pour le diabète de type 2 ? Les auteurs ouvrent en effet une nouvelle option peu invasive et avec des effets indésirables négligeables. Une voie à ne pas négliger alors que l'on s'attend à une augmentation considérable de la prévalence de la maladie dans les prochaines décennies.

Équipe de rédaction Santélog


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine