Magazine Culture

Critique Ciné : 3 Billboards, les panneaux de la vengeance (2018)

Publié le 23 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

3 Billboards, les panneaux de la vengeance // De Martin McDonagh. Avec Frances McDormand, Woody Harrelson et Sam Rockwell.


Inspiré d’une histoire vraie, 3 Billboards, les panneaux de la vengeance s’impose très rapidement comme un film dramatique et une comédie noire. En choisissant de parler avec un ton plutôt cocasse du meurtre d’une adolescente, violée et brûlée vive, tout cela permet bien entendu de nous faire passer un bon moment. Le scénario se délie petit à petit et parvient à délivrer tout un tas de jolies scènes surprises qui donnent au film son ton si unique. Mais ce qui prend le plus aux tripes dans 3 Billboards, les panneaux de la vengeance c’est bien évidemment la prestation de Frances McDormand, récompensée d’un Golden Globe pour son rôle (et qui décrochera très probablement l’Oscar de la meilleure actrice par la même occasion). Avec un thème aussi glauque que celui abordé dans ce film, je dois avouer que je n’aurais jamais imaginé un film de ce genre là mais je suis forcé de constater qu’au final, le film fonctionne bien mieux que l’on aurait sûrement pu l’espérer au premier abord. Grâce à une bonne dynamique, 3 Billboards, les panneaux de la vengeance ne fléchit jamais et nous offre alors pas mal de bonnes surprises. Mais ce qui touche le plus c’est le fait que ce film soit généreux et poétique avec son spectateur. Il n’y a donc pas de place pour l’ennui et l’on passe un bon moment. Il y a un petit côté frères Coen dans ce film que je trouve séduisant lui aussi.

Après des mois sans que l'enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l'entrée de leur ville.

Et je pense que les frères Coen est la plus belle inspiration que Martin McDonagh pouvait avoir pour un film de ce genre là. Le réalisateur/scénariste du très bon Bons Baisers de Bruges ou du moyennement bon 7 Psychopathes parvient ici le tour de force de parler de sujets sévères tout en apportant un truc qui fait la force de son cinéma depuis le début. On est loin et proche de ses précédentes oeuvres, ce qui fait clairement la force de frappe de 3 Billboards, les panneaux de la vengeance. Le reste du casting ne démérite pas pour autant non plus. Woody Harrelson est parfait en chef de la police mais c’est Sam Rockwell (7 psychopathes) qui s’en sort le mieux dans les secondaires. Il apporte une sensibilité intéressante et ce côté autodestructeur qui est nécessaire afin de nous en apprendre un peu plus sur les personnages et sur cette histoire terrible. Finalement, 3 Billboards, les panneaux de la vengeance est la très bonne surprise de ce début d’année, une surprise à laquelle je m’attendais forcément mais qui je dois avouer va par moment au delà de mes espérances. Grand favori des Oscars et grand gagnant des Golden Globe, 3 Billboards, les panneaux de la vengeance pourrait être une bonne surprise lors des Oscars…

Note : 10/10. En bref, un joli chef d’oeuvre.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte