Magazine Bons plans

Le heckelphone: un instrument imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé vers 1904 par Wilhelm Heckel

Publié le 23 janvier 2018 par Luc Roger @munichandco

Le heckelphone: un instrument imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé vers 1904  par Wilhelm Heckel

Heckelphone
Photo Heckel
Biebrich

Un instrument de la famille des bois
Le heckelphone est un instrument de musique à vent de la famille des hautbois, à anche double et de perce conique, imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé par Wilhelm Heckel en 1904. 
Il ressemble au hautbois dans sa construction mais qui cependant deux fois plus grand (il mesure environ 130 cm). Il est noté dans la clé de sol, mais est accordé une octave en-dessous du hautbois et avec un demi-ton supplémentaire, qui lui permet de descendre jusqu'au la. Parfois confondu avec le hautbois baryton, il dispose d'une perce plus large et possède de ce fait un timbre plus sombre et pénétrant. Il a été conçu pour fournir un son de hautbois étendu au registre intermédiaire pour les majestueuses orchestrations du tournant du xxe siècle. A l'orchestre il est généralement utilisé comme basse du pupitre de hautbois faisant la liaison entre les hautbois et les bassons.
En raison de son alésage fortement conique et de la cloche acoustique sphérique, le Heckelphone possède une sonorité à la fois  riche et agréable. A en entendre le son, épanoui et riche de tons harmonieux comme le sont les voix de barytons, on a  l'impression d'écouter une voix humaine: il est à la fois doux et charmant.
Sa taille et son poids font qu'il doit reposer sur le sol, soutenu par une courte cheville en métal fixée au-dessous de son pavillon en forme de bulbe. Il est joué avec une anche plus proche d'un roseau de basson que de hautbois, reliée au corps du haut par un bocal, selon le même principe que celui du cor anglais ou du hautbois d'amour.

Le heckelphone: un instrument imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé vers 1904  par Wilhelm Heckel

La firme Heckel telle que Wagner la connut en 1862. La photo date de 1885
mais la maison ne connut pas de transformation externe entre 1862 et 1865
Crédit photographique: Heckel Biebrich


Genèse et utilisation
C'est à Richard Wagner que l'on doit l'idée de créer cet instrument. Richard Wagner connaissait la Maison Heckel qui était quasi sa voisine lorsque le compositeur avait pendant plusieurs mois séjourné à Biebrich en 1862. Il avait alors fait la connaissance de Johann Adam Heckel, cofondateur avec Carl Almenräder de la firme Almenräder und Heckel. Wilhelm, le fils de Johann Adam,  reprit la firme à sa mort en 1877, et la firme prit alors le nom de Wilhelm Heckel Biebrich. En 1862. au moment de la visite de Wagner, le petit Wilhelm était âgé de 6 ans.
En 1879,  Wilhelm Heckel se rendit à Bayreuth à l'initiative du Wiener Hofkapellmeister Wilhelm Jahn. Il vint notamment dans la ville franconienne pour y présenter deux instruments récemment sortis de son atelier: un basson et un contrebasson. A cette occasion, il rencontra Richard Wagner à Wahnfried et c'est au cours de cette visite que Wagner lui suggéra la création de l'instrument qui allait par la suite s'appeler l'heckelphone. 
"... Il manque un facteur sonore du genre de double instrument à anche, qui soit une octave plus bas que le hautbois, l'instrument devait combiner le caractère du hautbois avec le son doux mais puissant du cor des Alpes ... "

Le heckelphone: un instrument imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé vers 1904  par Wilhelm Heckel

L'atelier de la firme Heckel Biebrich vers 1900. Photo Heckel Biebrich


Le heckelphone ne sortit de l'atelier de Wilhelm Heckel que bien plus tard. De nombreuses années s'écoulèrent jusqu'à ce que le premier heckelphone ne soit présenté au public. Ce fut en 1904 à la Villa Wahnfried de Bayreuth. Jusqu'à ce moment les tentatives de créer un hautbois dans le registre baryton n'avaient pas été couronnées de succès.  Le heckelphone a été utilisé pour la première fois en 1905 dans l'opéra Salomé de Richard Strauss. Par la suite, Strauss l'utilisera également dans on opéra Elektra, dans la musique du ballet La légende de Joseph (1914), dans le poème symphonique Une symphonie alpestre (1915), et dans le Prélude solennel (1919), les deux dernières oeuvres ayant été composées à l'occasion de l'inauguration de la salle des Maîtres chanteurs à Nuremberg. Il sera adopté ensuite dans des œuvres à large palette orchestrale comme Amériques (1918-1921) et Arcana (1925-1927) d'Edgar Varèse.

Le heckelphone: un instrument imaginé par Richard Wagner en 1879 et créé vers 1904  par Wilhelm Heckel

Le heckelpohone dans la vitrine
consacrée à la Firme Heckel
au Heimatmuseum Biebrich
Photo Luc Roger

Parmi les compositeurs anglais du début du xxe siècle, la mode était à l'utilisation d'un certain bass-oboe, par exemple dans la suite orchestrale Les planètes de Gustav Holst (1916) comme dans plusieurs œuvres de Frederick Delius, A Mass of Life (1904-1905), Dance rhapsody n°1 (1908), d'Arnold Bax, Symphony n°1 (1921), d'Havergal Brian, Gothic Symphony (1919-1927) ou l'instrumentation originale de la London symphony(1912-1913) de Ralph Vaughan Williams.
Le heckelphone a aussi été employé en musique de chambre, un des exemples les plus notables étant le Trio pour heckelphone, alto et piano, op. 47 (1928) de Paul Hindemith, qui avait à plusieurs reprises rendu visite à la Maison Heckel à Biebrich.
Récemment, le heckelphone a été utilisé par le compositeur anglais Thomas Adès dans Asyla, une œuvre orchestrale donnée dans le cadre du Festival Présences 2007 à Radio France.
Sources  / Pour aller plus loin
  • Site internet de la firme Heckel Biebrich et notes prises lors de ma visite de la firme en janvier 2018
  • Wikipédia à l'article Heckelphone
  • Joppig (Gunther), Hautbois et basson, Payot, 1981, pp. 98 à 102
  • Visite du Heimatmuseum de Biebrich qui présente un heckelphone dans ses collections.
  • Voir aussi ci-dessous la vidéo (en allemand) du Staatsorchester Stuttgart - DAS HECKELPHON - Musiker und ihre Instrumente mit Katrin Stühle

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc Roger 35935 partages Voir son profil
Voir son blog