Magazine Culture

Critiques Séries : Mosaic. Mini-series. Part 1.

Publié le 23 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Mosaic // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Les whudonnit c’est un genre vieux comme le monde, depuis le succès des romans d’Agatha Christie qui a popularisé le genre. Mais les séries du genre pullules sur les écrans mais finalement toutes ne sont pas réussies. HBO a décidé de s’associer à Steven Soderbergh pour la mise en scène de cette charmante série et de Ed Solomon (Insaisissables, Charlie et ses drôles de dames) pour l’écriture. De ce que l’on peut voir dans ce premier épisode, Mosaic pourrait bien être la meilleure mini-série de la saison et c’est sur HBO que cela se passe. Soderbergh retrouve alors une bonne partie des thématiques qui ont fait son succès au fil des années et tente de les assembler à sa façon au travers d’une mosaïque de scènes. C’est une histoire sur des histoires, un meurtre sans corps, et une narration qui se dévoile peu à peu au travers de la mise en scène qui fait clairement l’un des charmes ultimes de cette mini-série. Ce qui est intéressant aussi avec Mosaic c’est que très rapidement on se rend compte que l’on peut remettre en cause tout ce que les personnages disent. Mais le coup de génie de Mosaic ce n’est pas le meurtre en lui-même, mais plutôt la façon dont l’histoire évolue afin de toujours remettre en cause notre façon de comprendre l’histoire. Car ce que l’on voit n’est jamais ce que cela semble être.

Olivia Lake, auteure à succès de livres pour enfants, est tuée au cours du réveillon du Nouvel an. Les soupçons vont très vite se porter sur plusieurs personnes, dont le petit ami de la victime.

Un peu comme Insaisissables, le film d’Ed Solomon, qui remet constamment en cause tout ce que l’on voit à l’écran afin de mieux nous surprendre lors de la révélation finale. On n’y est pas encore mais la structure narrative de Mosaic est ce qui fait tout l’intérêt ici. Au delà de ça, nous avons aussi un très solide casting, composé notamment de Sharon Stone (Basic Instinct) dans le rôle titre d’Olivia Lake. Le puzzle se met en place peu à peu mais le charme opère de façon instantanée. On est alors plongés dans l’univers de Mosaic sans que la série ait besoin d’en faire des tonnes car tous les éléments sont déjà présents dès le départ. Mais l’imagination d’Ed Solomon ne s’arrête pas là puisque dans ce monde d’histoires, plus ou moins celui dans lequel nous vivons tous les jours, notre désir de faire en sorte que toutes les choses aient un sens nous conduit à chaque fois sur le mauvais chemin. La scène d’ouverture est déjà elle aussi importante que tout le reste car elle implique déjà ce que Mosaic veut réellement conter. Ce n’est pas qu’une histoire de whudonnit, c’est donc bien plus que ça. Finalement, avec Sharon Stone qui risque bien d’être récompensée lors des prochains Emmy Awards ou encore Garrett Hedlund au casting, Mosaic partait déjà vainqueur mais elle gagne encore des points après ce premier épisode.

Note : 9.5/10. En bref, un premier épisode sensationnel qui se ressent plus qu’il ne se décrypte.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte