Magazine Culture

Critiques Séries : Waco. Mini-series. Part 1.

Publié le 25 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Waco // Mini-series. Part 1.


Waco est une série inspirée d’une histoire vraie qui s’est achevée en boucherie. Mais c’est aussi la première série de la nouvelle chaîne Paramount Network. Pour créer l’évènement, en plus de s’inspirer de l’un des faits les plus marquants au Texas dans les années 90, la série est créée par Drew Dowdle (En Quarantaine, Catacombes) et John Erick Dowdle (Catacombes, En Quarantaine) cantonné principalement à des films d’horreur de seconde zone au cinéma. Mais avec l’aide d’un joli casting : Taylor Kitsch (Friday Night Lights) et Michael Shannon (Take Shelter) en tête, aidés par Melissa Benoist (Supergirl) ce premier épisode tente de présenter l’univers de Waco de façon efficace et intelligente. Si cette mini-série sait prendre son temps pour présenter chacun des protagonistes (notamment David Koresh, le leader des Davidians), Waco s’avère malgré tout être une jolie série qui pourrait devenir plus que ce qu’elle ne montre dans ce premier épisode pour le moment. La série joue alors avec une thématique facile et classique, celle de la différence entre le bien et le mal, un truc un peu usé jusqu’à la corde dans la façon dont Waco s’y prend. Mais cela fonctionne tout de même bien. Disons que ce premier épisode est honorable.

Au mois de février 1993, l'ATF (le Bureau fédéral des alcools, tabacs, armes à feu et explosifs), dépendant du ministère de la Justice des États-Unis sous la Présidence de Clinton, livre une première attaque contre la petite communauté de Waco, au Texas qui se procure illégalement tout un arsenal d'armes. Menés par leur leader David Koresh, Les Davidians, comme se surnomment les membres de la secte, se retranchent dans leur propriété durant un siège de 51 jours qui s'achève par un assaut meurtrier du FBI.

La série s’inspire de plusieurs livres sur l’histoire vraie de David Koresh dont celui écrit par Gary Noesner lui-même (incarné par Michael Shannon dans la série) : Staling For Time : My Life as an FBI Hostage Negotiator. Mais il y a aussi un autre point de vue, celui des Davidians alors que Waco s’inspire d’un libre de David Thibodeau, l’un des rares survivants de la boucherie finale. Ce dernier est d’ailleurs incarné dans Waco par Rory Culkin. Si Waco pourrait ressembler à ce que FX fait déjà avec American Crime Story (car c’est une histoire de crimes américains), ce n’est pas pour autant aussi moderne et efficace. La série est jolie, mais manque peut-être encore d’entrain. Je m’attendais à un truc un brin plus prenant dès le départ mais l’histoire étant passionnante de base, j’espère que la suite sera un peu mieux fichue. Mais c’est un bon début dirons nous. Le seul truc c’est que Michael Shannon semble ennuyé dans son rôle, ce qui n’aide pas non plus à apprécier la totalité de l’oeuvre. C’est un bon acteur, mais je ne suis pas sûr qu’il soit ici à sa place avec ce script. Je resterai pour les épisodes suivants (il n’en reste que 5 après tout) mais il va falloir que l’on en apprenne un peu plus sur ces évènements tragiques.

Note : 5.5/10. En bref, prometteur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte