Magazine Culture

Critiques Séries : Shameless (US). Saison 8. Episodes 10, 11 et 12.

Publié le 31 janvier 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Shameless (US) // Saison 8. Episodes 10, 11 et 12. Church of Gay Jesus / A Gallagher Pedicure / Sleepwalking.
SEASON FINALE


Si avec « Church of Gay Jesus » je pensais que Shameless (US) était enfin sur la voie de la rédemption et qu’elle avait trouvé une façon de raconter des choses intéressantes cette année, les deux derniers épisodes de la saison ont démontré tout le contraire. Pourtant, John Wells, qui écrit les season finale de la série depuis l’an dernier, aurait pu remonter la pente et permettre d’apporter une sorte de lien et de cohérence à tout ce que Shameless (US) a voulu nous raconter cette année. Mais tout cela pour un résultat des plus décevants, tout simplement. Mais avant tout, « Church of Gay Jesus » n’arrive pas vraiment à toujours trouver le ton juste, laissant les personnages de la série errer plus ou moins dans tous les sens. Si cet épisode est appelé au travers de l’histoire de Ian et que ce dernier a toujours des choses intéressantes à raconter, je trouve que Shameless (US) n’arrive pas spécialement à trouver un bon équilibre avec le reste. Notamment l’histoire de Fiona qui erre un peu trop dans tous les sens sans trouver une certaine forme de cohérence dont la série aurait réellement besoin pourtant. L’histoire n’est jamais devenue ce qu’elle aurait pu devenir alors que les scénaristes se contentent de la surface pour un résultat terriblement décevant. Surtout que la façon dont la série parler des problèmes psychologiques de Ian, ce n’est pas suffisamment profond à mon goût.

Et pourtant, Shameless (US) est réellement capable de faire des trucs sympathique quand elle le veut. Même Frank est capable d’avoir de l’intérêt dans cet épisode alors qu’au premier abord son histoire n’a pas spécialement de sens. Il en va de même pour Lip et son état émotionnel qui, en plus d’être le personnage le plus intéressant de la saison, se heurte au problème de l’évolution. C’est un truc que Shameless (US) n’a pas vraiment compris cette année et c’est faire évoluer ses personnages alors que ceux-ci ne sont plus ceux que l’on a connu auparavant. Car « A Gallagher Pedicure » démontre à quel point la série ne sait pas du tout dans quelle direction elle va, pas plus que le téléspectateur ne peut le deviner. L’erreur avec ces deux derniers épisodes de la saison c’est que Shameless (US) arrive à un moment de son existence où il est compliqué de savoir où est-ce que l’on peut réellement aller par la suite. Mais l’avant dernier épisode d’une saison est toujours le plus difficile à appréhender car c’est l’épisode qui lance les hostilités de la fin, et doit donc projeter le téléspectateur. On ne peut pas dire que c’est ce que fait cet épisode de Shameless (US) alors que les décisions des personnages ne sont pas toutes brillantes pour des résultats assez problématiques dans tous les sens.

Du coup, l’efficacité de cet avant dernier épisode dépend de l’épisode suivant et pour les avoir enchaîner, on ne peut pas dire que Shameless (US) soit réellement dans la démarche de nous faire apprécier ce qu’elle a à nous raconter. Du coup, on se retrouve avec un épisode frustrant, qui ne fait pas avancer les choses mais ne fait pas pour autant reculer le tout non plus. Le mariage de Carl et Kassidi est un bon exemple de ce que Shameless (US) n’arrive pas à maîtriser et à faire évoluer cette année. J’avais envie de voir dans cette histoire quelque chose d’important au sujet de Carl, sauf que la série fait tout le contraire et ne raconte rien, ne fait pas évoluer le personnage. Comme Frank à certains moments de la série où ce dernier n’arrivait pas à raconter grand chose. J’espère à ce moment là que l’on ne va plus entendre Kassidi dans la prochaine saison et que cette intrigue sera donc rapidement résolue. Mais ce n’est pas toujours l’objectif premier de Shameless (US) cette année. Car elle s’égare dans tous les sens et éparpille ses personnages sans parvenir à certains moments à recréer l’homogénéité de la relation entre les membres de la famille Gallagher alors que l’on peut dire que c’est le but au départ.

On se retrouve alors avec un season finale décevant et inefficace qui donne l’impression que John Wells n’a pas compris lui non plus ce que cette saison voulait faire et vers quoi elle pouvait réellement aboutir. La série tente chaque année de réécrire sa propre histoire avec plus ou moins de réussite mais « Sleepwalking » ne fait pas les choses de façon logique et intelligente. On se retrouve alors avec tout tas de trucs ridicules qui n’ont pas le sens que l’on aurait pu croire non plus. Cela me rappelle certaines saisons problématiques d’autres séries de Showtime et notamment Californication qui partage par moment le même ton même si ce n’est pas du tout la même histoire qui est racontée. Il y a plein d’opportunités manquées dans cette saison, des opportunités de faire grandir les personnages alors que tout ce qui se passe c’est stagner, de faire évoluer l’histoire de la série et de ses personnages, sauf que là aussi on stagne sans que la réécriture de l’histoire de chacun n’apporte quoi que ce soit à l’ensemble et au téléspectateur qui suit ces personnages depuis tant d’années. Un nouveau fan qui aurait découvert la série sur Netflix ne sera pas forcément plus passionné par cette saison et son manque cruel de finesse ou de folie. J’ai envie d’être surpris et ce season finale ne fait que me décevoir.

De toute façon, on verra bien tout cela à la fin de l’année alors que Shameless (US) est renouvelée pour une saison 9 depuis novembre dernier. Il faut dire que l’accord avec Netflix et les bonnes audiences de la série continuent de donner envie à Showtime de la renouveler. En espérant qu’il n’y ait pas la saison de trop car celle-ci en fait déjà presque office.

Note : 4.5/10. En bref, fin décevante pour saison globalement décevante.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte