Magazine Culture

Critiques Séries : Star Trek : Discovery. Saison 1. Episodes 11, 12 et 13.

Publié le 01 février 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Star Trek : Discovery // Saison 1. Episodes 11, 12 et 13. The Wolf Inside / Vaulting Ambition / That Past is Prologue.


Grâce à une narration un peu plus fluide et des intrigues mieux développées, ces trois épisodes ont su m’accrocher du début à la fin du voyage avec l’envie aussi d’aller encore plus loin qui continue de me hanter. Car Star Trek : Discovery trouve toujours un moyen de me désolidariser d’elle avant de me donner envie de voir la suite avec une vraie envie. Michael Burnham n’a pas vraiment de bons moments à passer dans le Mirror Universe. Ce n’est pas une grande surprise car ce personnage ne semble jamais avoir de bons moments à passer dans la série. Cependant, la série n’a pas toujours besoin d’aller plus loin et c’est ce qui déçoit le plus là dedans. C’est le plus gros problème que j’ai actuellement avec Star Trek : Discovery. La sérialisation a créé une narration dans laquelle les évènements surviennent car il a été décidé à ce moment là que le show avait besoin d’un twist. Le fait que Tyler réalise sa véritable identité, Voq, n’est pas une grande surprise non plus. C’est un twist que la série tente de prendre en main à sa façon et bien que cela donne un rythme à l’épisode, ce n’est jamais aussi palpitant que cela ne devrait réellement l’être. Je trouve tout cela dommage car je m’attendais à un truc complètement différent. Le fait que la série se concentre sur un lot de personnages permet là aussi d’aller de l’avant et de rendre le truc un brin plus plausible que je n’aurais probablement pu l’imaginer au départ.

« The Wolf Inside » a en tout cas tout ce qu’il faut pour réussir : un casting impliqué qui délivre de très belles prestations, un style visuel toujours travaillé et une envie de faire évoluer le tout rapidement. Tout cela donne forcément à cet épisode un petit effet qui fait plaisir. L’épisode enchaîne alors les moments, les scènes entre les personnages avec un brin d’action ici et là afin de donner un rythme à cet ensemble. Je n’apprécie pas encore suffisamment le Mirror Universe pour avoir envie de passer plus de temps dedans. Mais les scénaristes ont tout de même réussi à rendre à cet univers tout son intérêt. « Vaulting Ambition » c’est notre troisième semaine dans l’univers Miroir et l’on sent que Star Trek : Discovery cherche à rendre le tout suffisamment efficace pour nous motiver à aller voir la suite. Si certains éléments de l’Empire Terran ne fonctionnent pas toujours (surtout les personnages annexes), mais forcer Burnham a passé du temps avec le doppelgänger qui l’a trahi est quelque chose qui a un avantage narratif certains. Les scènes entre l’Empereur et Burnham sont parmi les scènes les plus efficaces que la série ait pu nous délivrer depuis le début de la saison et cela est assez avantageux là aussi, car cela permet de motiver le téléspectateur à aller plus loin.

Car cet épisode ne démérite pas et à des choses à nous offrir mine de rien. Si le twist de cet épisode est sûrement le twist le plus impressionnant que Star Trek : Discovery nous ait offert (le fait que Burnham découvre que son capitaine, le Lorca que l’on suit depuis le début, et finalement de l’univers Miroir depuis le début). Je ne sais pas si j’ai besoin de revoir Star Trek : Discovery depuis le début afin de confirmer si oui ou non ce twist tient la route mais je suis sûr que c’est réellement le cas. Surtout que tout cela permet aussi d’expliquer l’intérêt étrange que Lorca avait en Burnham et les risques qu’il était prêt à prendre dans le « vrai » univers. Si cette révélation ne permet pas d’oublier les problèmes de Star Trek : Discovery, c’est tout de même une révélation qui permet de construire encore un peu plus l’intrigue de la saison et ce que cette série veut réellement nous raconter par la suite. Et tout cela est tout de même plus intéressant que la dualité qu’il y a entre Tyler et Voq. Ce n’est pas que je n’aime pas cette dernière histoire, mais ce n’est pas ce que Star Trek : Discovery a fait de mieux non plus. Bien évidemment que la série ne s’arrête pas là, expliquant la relation que Lorca a avec Burnham et qui me laisse un peu sur le carreau.

Autre critique que je pourrais faire envers Star Trek : Discovery : peu de personnages sortent vraiment du lot alors qu’il y avait vraiment de quoi faire. Surtout avec un univers aussi riche que celui de Star Trek. Saru est forcément l’un de mes personnages préféré, peut-être car c’est le seul que je pourrais réellement voir appartenir à l’univers de Star Trek. Lorca a de quoi se faire apprécier lui aussi, et qui sait ce qui va se passer maintenant que l’on connaît la vérité. Enfin, « What’s Past is Prologue » est un épisode qui fait retomber un peu la pression mais peut-être un peu trop à mon goût. Alors que l’on vient de passer deux solides épisodes de Star Trek : Discovery, la série retombe dans certains de ses travers et c’est sacrément dommage. Par ailleurs, Star Trek : Discovery est un peu comme une sorte de fan fiction dans l’univers de Star Trek, écrite par des fans de la série originale qui ont eu envie de se créer un univers et des personnages à eux. Sauf que ce n’est pas totalement le cas non plus car il y a un travail qui est fait afin de travailler la pertinence de Star Trek : Discovery dans l’univers Star Trek en général. Bien plus que les films produits par J.J. Abrams qui pour le coup n’ont pas toujours été facile à intégrer dans cet univers.

Dans cette série, je dirais que Star Trek : Discovery est un peu une série qui utilise toutes les us et coutumes de la franchise de départ sans réellement en comprendre tous les préceptes et surtout toute la philosophie. Car cela ne transpire pas à tous moments non plus. Je me demande si au fond Star Trek : Discovery serait une série dont on aurait envie de parler si elle ne s’appelait que « Discovery » et qu’elle racontait des histoires d’aliens et d’univers parallèles. Car après tout, c’est un peu ça, Star Trek : Discovery est de Star Trek uniquement car elle a le nom Star Trek et certains éléments que l’on peut rapprocher de la franchise originale. Si cette série et donc la franchise est une franchise basée sur l’espoir et plein d’autres choses métaphoriques et philosophiques, Star Trek : Discovery est plus basée sur des effets spéciaux et des personnages qui plongent dans des côtés sombres d’eux-mêmes. Finalement, je dirais que Star Trek : Discovery n’échoue pas tout le temps quand elle tente de raconter une histoire mais qu’elle ne réussie pas tout le temps non plus à faire ce qu’elle veut. C’est dommage mais j’aimerais bien que la suite de la saison soit un brin plus intelligente et intègre un peu mieux toute la philosophie Trekienne.

Note : 6.5/10, 6.5/10 et 5/10. En bref, Star Trek : Discovery a des capacités mais ne les exploite pas toujours de la bonne façon. Reste de bonnes révélations, de bons personnages et quelques jolies scènes d’effets spéciaux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte