Magazine Informatique

Pourquoi faut-il faire attention à la manipulation des huiles usagées ?

Publié le 31 janvier 2018 par Leblogaplusieurs

Les huiles usagées comptent parmi les déchets les plus polluants et sont particulièrement dangereuses. Selon les statistiques, la France en collecte environ 205 000 tonnes à 215 000 tonnes chaque année. Pour pouvoir préserver l'environnement de leur impact, une organisation a été mise en place. Une quarantaine d'entreprises agréées assurent le ramassage de ces huiles auprès de garagistes, d'industriels et de transporteurs. Un système efficace, puisque 99 % des huiles usagées pour moteurs sont aujourd'hui collectées. De nombreuses installations ont également été créées et détiennent une autorisation pour assurer le traitement de ces huiles.

Quelles sont les huiles dites " usagées " ?

Les huiles usagées sont, comme leur nom l'indique, des huiles déjà usées. Elles contiennent principalement des éléments synthétiques ou minéraux, selon le procédé de fabrication. La loi prévoit une règlementation assez stricte pour leur traitement. Actuellement, elles sont classées en deux catégories bien distinctes :

  • Les huiles claires : elles sont peu usées. La dégradation n'est donc pas totale. Il en est de même pour la contamination. Ces huiles peuvent encore être recyclées et régénérées par purification. Elles proviennent généralement des systèmes hydrauliques, des transformateurs ou encore des turbines.
  • Les huiles noires : la couleur témoigne bien évidemment de leur dégradation. Elles sont fortement contaminées, ont subi les effets de la température et les engrenages de la mécanique. Par conséquent, elles contiennent énormément de résidus issus de la combustion, des métaux et comportent un taux d'oxydation très élevé. Les huiles noires sont les plus toxiques. Ces huiles sont issues de moteurs et de machines industrielles.

Il faut les différencier des huiles solubles qui sont, pour leur part, d'origine végétale comme l'huile alimentaire ou l'huile dont on se sert pour travailler les métaux. Ces huiles proviennent en général des industries automobiles et de ses dérivées, des sociétés de transports et des usines de production.

Il faut savoir que les huiles usagées ne peuvent pas être recyclées à 100 %, surtout les huiles noires. C'est pour cette raison qu'elles doivent être conservées dans des contenants réservés à cet usage, comme les cuves. Vous trouverez sans difficulté des magasins spécialisés commercialisant ces cuves à huiles, notamment sur http://www.e-retention.fr/39-cuve-a-huile.

Pourquoi faut-il faire attention à la manipulation des huiles usagées ?

Les risques liés aux huiles usagées

Les huiles usagées sont des polluants très nocifs. Elles sont les premières causes de pollution, surtout dans les grandes agglomérations. Elles constituent également de vrais dangers pour la santé publique et pour l'environnement, car elles sont difficilement dégradables. Elles sont aussi extrêmement agressives, surtout pour la faune et la flore. En effet, elles freinent l'oxygénation. Les chiffres sont alarmants : 1 litre seulement peut polluer jusqu'à 1000 m2 d'eau.

Les huiles usagées sont aussi de vrais problèmes pour les canalisations. Les filtres n'assurent plus leur fonction et l'évacuation des canalisations peut être entravée et finir par être bouchée. Elles favorisent un environnement propice à la multiplication de bactéries nuisibles. Les composants de ces huiles sont d'ailleurs de vrais dangers pour la santé. Leur toxicité est très élevée, car elles contiennent des métaux lourds, des hydrocarbures polycycliques, des phénols et des acides organiques.

Le contact prolongé, seulement au niveau de la peau, peut déjà engendrer des affections comme les dermatites et peut conduire dans certains cas vers des cancers de la peau. Si le contact est déjà dangereux, l'ingestion l'est encore plus.

Comment se débarrasser correctement des huiles usagées ?

Pour se débarrasser des huiles usagées, il faut suivre des procédés stricts. Comme il a été dit plus haut, les propriétaires de ces huiles doivent strictement utiliser des récipients étanches pour leur stockage. Elles doivent être bien isolées pour éviter tout contact et nuire à l'environnement. Il faut à tout prix éviter de s'en débarrasser en les brûlant ou encore en essayant de les diluer avec d'autres substances, car cela ne peut que renforcer la nocivité.

Les détenteurs d'huiles usagées doivent impérativement respecter la réglementation. À part le fait de les contenir dans des cuves ou autres récipients spéciaux, elles doivent être remises à des collecteurs agréés. Il y a aussi la possibilité de les envoyer vers une usine spécialisée dans le traitement d'huiles, surtout quand il s'agit de petites quantités. Traiter soi-même ses huiles usagées comporte de grands risques, même si cela reste faisable en ayant un agrément.

Pourquoi faut-il faire attention à la manipulation des huiles usagées ?

Quelles sont les dispositions prises pour éviter la pollution ?

Les différents acteurs étatiques s'engagent actuellement dans l'encadrement de ce type de déchets. Au niveau de l'Union européenne, la collecte et la suppression de ces huiles font l'objet d'une réglementation décrite par l'article 21 de la directive 2008/98/CE du Parlement et du Conseil européen, du 19 novembre 2008. En France également, la législation encadre le traitement des huiles essentielles par les articles R.543-3 du Code de l'environnement, ainsi que les arrêtés du 28 janvier 1999, qui concernent leur collecte et élimination.

D'après ces réglementations, il est interdit aux propriétaires de faire un mélange d'huiles usagées avec d'autres liquides, à savoir d'autres huiles ou de l'eau. Ils ont l'obligation de se servir d'un moyen stockage spécial pour éviter que les huiles ne contaminent l'environnement. Ils doivent se tourner vers des collecteurs agréés ou des éliminateurs pour qu'ils s'en débarrassent. Ces derniers sont les seuls aptes à réaliser de telles tâches.

Pour que toutes ces démarches soient respectées, un encadrement strict a été mis en place à tous les niveaux. Les collecteurs, par exemple, doivent obtenir un agrément auprès du préfet de leur département. Ils sont obligés de respecter certains délais pour la collecte de grandes quantités d'huiles usagées. Des échantillons doivent encore être étudiés avant de faire un quelconque mélange avec d'autres huiles, pour pouvoir constater s'il y a ou non présence de PCB.

Les collecteurs se conforment également à des réglementations en ce qui concerne leur capacité de stockage. Il y a un minimum exigé pour les installations, qui doivent en plus respecter l'environnement. Ils sont tenus de déclarer leur activité à l'Ademe. Le traitement des huiles usagées doit en outre passer par plusieurs étapes obligatoires.

Articles qui peuvent aussi vous intéresser:

  • Mes huiles essentielles

    Les huiles essentielles sont contrairement à leur nom des substances volatiles contenus dans les végétaux. Elles sont extrêmement riches en actifs, et, les huiles essentielles sont nos précieuses alliées pour...

  • Recyclage des huiles de friture

    Aujourd'hui, les huiles végétales, plus familièrement appelées huiles de friture peuvent devenir un véritable fardeau pour qui veut s'en débarrasser. Notamment pour les professionnels de la restauration qui manipulent plusieurs...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Leblogaplusieurs 11175 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine