Magazine Culture

Critiques Séries : Altered Carbon. Saison 1. Pilot.

Publié le 02 février 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Altered Carbon // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Le thème de Altered Carbon n’est pas nouveau. Il a même fait l’objet de plusieurs films ces dernières années. Adaptée du roman de Richard Morgan par Laeta Kalogridis (Shutter Island, Terminator Genisys, Alexandre), pour Netflix, Altered Carbon est un blockbuster comme le service de streaming aime nous en offrir. Un beau casting, beaucoup de nudité, des effets spéciaux et de la SF comme on ne peut qu’en aimer. La série associe alors son histoire à plusieurs thématiques intéressantes : la violence innée des humains, notre propension à s’auto-détruire ou encore le fait que nos sens nous trompent toujours dans la vie. Sans compter le fait que la série parle de l’espoir qui a complètement disparu (ou presque). Mais la philosophie de Altered Carbon n’est pas toujours aussi brillante qu’elle ne devrait l’être. On nous plonge alors dans un monde particulier dont on découvre les tenants et les aboutissants petit à petit. Cependant, la série ne maîtrise pas toujours sa narration et nous plonge alors dans une sorte de jeux vidéos alors que visuellement c’est certainement l’une des plus belles séries que Netflix ait produite depuis ses débuts dans le monde des créations originales. Les effets spéciaux sont dignes d’un film et la mise en scène de Miguel Sapochnik (Repo Men, Game of Thrones) est plus soignée que tout.

Takeshi Kovacs est un ancien soldat et seul survivant d’un groupe de guerriers d'élite vaincus lors d’un soulèvement contre le nouvel ordre mondial. Son esprit est emprisonné "dans la glace" pendant des siècles, jusqu’à ce que Laurens Bancroft, un homme extrêmement riche et vivant depuis plusieurs siècles lui offre la chance de vivre à nouveau. En échange, Kovacs doit résoudre un meurtre ... celui de Bancroft lui-même

Côté casting, là aussi la série a de bons gouts. A commencer par Joel Kinnaman (The Killing) qui incarne notre héros, Takeshi Kovacs. Il est accompagné de gens comme James Purefoy qui m’avait un peu manqué à la télévision lui aussi. Mais encore une fois, malgré toutes les qualités que Altered Carbon peut avoir visuellement et avec son casting, elle ne réussit pas toujours à passionner autant qu’elle ne le devrait. Quand on a une série qui ressemble autant à Blade Runner au travers du monde dépeint visuellement, on est en droit de demander que le scénario soit d’aussi bonne facture et ce n’est pas spécialement le cas. Cela ne veut pas pour autant dire que Altered Carbon n’est pas bonne car il y a pas mal de trucs intéressants malgré tout et un potentiel sur la longueur qui peut être vraiment palpitant si la série prend forme. Finalement, avec ce premier épisode Altered Carbon a au moins le mérite de nous faire voyager dans un monde futuriste étonnant, bien loin de toutes les séries du genre que l’on a pu voir depuis la création de la télévision. Car visuellement, on se croit au cinéma et c’est justement ce qu’il y a de plus important là dedans. Reste a étayer un peu le sujet pour nous donner l’impression que Altered Carbon ne s’arrête pas à un beau visuel et qu’elle en a dans le crâne.

Note : 6.5/10. En bref, visuellement magnifique, au casting solide, mais à l’univers écrit par moment de façon brouillonne.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte