Magazine Culture

HISTOIRE : Diogène de Sinope, philosophe et bien plus...

Publié le 04 février 2018 par Pege @pg120
Salut à tous,
 Du site Philo5.com :  
HISTOIRE : Diogène de Sinope, philosophe et bien plus...
   ¨  Diogène, fils du banquier Ikésios, naquit à Sinope[2]. Il s'enfuit, raconte Dioclès, quand son père, qui tenait la banque publique, fabriqua de la fausse monnaie. Eubulide, dans son livre sur Diogène, accuse de ce crime notre philosophe, et dit qu'il s'enfuit avec son père. Quoi qu'il en soit, Diogène lui-même s'accuse dans le Pordalos d'avoir falsifié la monnaie.
    
   Venu à Athènes, il s'attacha à Antisthène. Celui-ci le chassa parce qu'il ne voulait pas de disciples, mais il ne put rien contre la ténacité de Diogène. Un jour où il le menaçait d'un bâton, notre philosophe tendit sa tête et lui dit: «Frappe, tu n'auras jamais un bâton assez dur pour me chasser, tant que tu parleras!» Il devint donc son auditeur et vécut très simplement, comme il convenait à un homme exilé. 
    
   Ayant vu un jour une souris qui courait sans se soucier de trouver un gîte, sans crainte de l'obscurité, et sans aucun désir de tout ce qui rend la vie agréable, il la prit pour modèle et trouva le remède à son dénuement. Il fit d'abord doubler son manteau, pour sa commodité, et pour y dormir la nuit enveloppé, puis il prit une besace, pour y mettre ses vivres, et résolut de manger, dormir et parler en n'importe quel lieu. Aussi disait-il, en montrant le portique de Zeus[3] et le Pompéion, que les Athéniens les avaient construits à son intention, pour qu'il pût y vivre.
   Étant tombé malade, il s'appuyait sur un bâton. Par la suite, il le porta partout, à la ville et sur les routes, ainsi que sa besace. Il avait écrit à un ami de lui indiquer une petite maison; comme l'ami tardait à lui répondre, il prit pour demeure un tonneau vide qu'il trouva au Métroon[4]. Il le raconte lui-même dans ses lettres. L'été il se roulait dans le sable brûlant, l'hiver il embrassait les statues couvertes de neige, trouvant partout matière à s'endurcir.
    Un jour où il parlait sérieusement et n'était pas écouté, il se mit à gazouiller comme un oiseau, et il eut foule autour de lui. Il injuria alors les badauds, en leur disant qu'ils venaient vite écouter des sottises, mais que, pour les choses sérieuses, ils ne se pressaient guère.
   Les Athéniens l'aimaient beaucoup. Ils fessèrent un jeune homme qui avait brisé son tonneau, et remplacèrent le tonneau. Denys le stoïcien raconte que, fait prisonnier à Chéronée, il fut conduit auprès de Philippe. Le roi lui demanda qui il était et Diogène répondit: «Je suis l'espion de ton avidité.» Philippe en fut tout éberlué et lui rendit la liberté¨...   
( Voir l`article au complet ) 
http://www.philo5.com/Les%20philosophes%20Textes/Diogene_OntDitSur.htm
Pégé
 
Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pege 110 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte