Magazine Culture

Lucifer (Saison 2, épisodes 14 à 18) : pour l'amour du Mal

Publié le 05 février 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


Je n’avais malheureusement pas eu l’occasion de conclure l’aventure Lucifer. Pourtant, j’aime beaucoup cette série et son histoire. Pour une fois que Jerry Bruckheimer a produit un bon truc à la télévision ces dernières années, il faut bien revenir. Alors qu’il devait y avoir 22 épisodes, finalement la saison 2 s’est transformée en 18 épisodes alors que les quatre épisodes restant sont les quatre premiers épisodes de la saison 3 (mais pas de 26 épisodes pour la saison 3, juste 24, ce qui reste déjà bien). Quoi qu’il en soit, Lucifer aime toujours autant s’amuser avec ses personnages mais cette diffusion infernale est un brin étrange à mon goût. Je pense que FOX a fait une connerie mais nous verrons bien tout cela quand la saison 3 démarrera pour moi. Cependant, la saison a été initialement construite sur 18 épisodes, ce qui est une bonne chose et les quatre épisodes non diffusés l’an dernier ont été pensés comme des épisodes un peu plus indépendants, ce qui permettait alors de se concentrer sur les personnages. Ildy Modrovich, le showrunner de Lucifer a révélé que la suite était d’ailleurs différente et permettait aussi de se concentrer sur les origines de Lucifer à Los Angeles. Si tout reste connecté au reste de la série, comme elle sait si bien le faire, ces cinq épisodes permettent en tout cas de conclure intelligemment la saison 2.

Alors que Lucifer était en pleine crise existentielle, en quête de nouveauté et fuyant Los Angeles, la série tente de reprendre le chemin classique de la série grâce à un tour de passe passe. Car le but de cette seconde partie de saison n’est clairement pas de suivre Lucifer dans des aventures en dehors de Los Angeles. Que serait-il après tout sans sa ville fétiche avec tous les personnages qu’il connait et pourrait rencontrer. Comme dans l’épisode 2.14 où une rencontre vient bousculer son quotidien et surtout changer un peu sa vie. C’est un Lucifer plus émotionnel que l’on découvre alors là dedans et je dois avouer que j’ai beaucoup aimé le résultat. Par ailleurs, les scénaristes ont trouvé une façon assez originale pour permettre le retour du statu quo, ce qui change de ce que l’on aurait probablement pu imaginer au départ. Les enquêtes continuent de faire évoluer l’histoire de Lucifer et notamment la personnalité du héros et les relations qu’il peut entretenir, notamment avec Chloé. C’est dans ce genre de moments que l’on voit à quel point Lucifer s’éloigne de plus en plus de sa nature de départ : la série policière procédurale. Et sincèrement, c’est une très bonne nouvelle.

Avec ces cinq épisodes, la série permet de remettre en question les personnages, leurs histoires personnelles et la place qu’ils ont chacun dans l’aventure de notre héros, Lucifer. Mais le plus intéressant est probablement l’histoire du père de Lucifer. La haine laisse place à quelque chose de complètement différent. L’épisode de l’hôpital psychiatrique et sa rencontre avec son père permet de nous amuser et surtout de délivrer des séquences dont Lucifer elle seule a le secret. Timothy Omundson est parfait dans ce rôle là et partage une vraie alchimie funky avec notre héros. Charlotte de son côté a elle aussi l’occasion de grandir alors que la série ont tenté de noyer un peu le poisson durant quelques épisodes pour mieux lui redorer son image dans cette seconde partie de saison. Elle veut quelque chose et elle se donne les moyens de la réussite et elle n’aura de cesse de nous rappeler que derrière son sourire ne se cache clairement pas un ange. Le seul personnage qui n’a pas l’occasion de suffisamment évoluer est probablement Chloé. La série la laisse parmi les personnages principaux, mais Chloé est celle qui a le moins de matériel pour son histoire. Et c’est là que j’ai l’impression que finalement Chloé devient par moment une sorte de boulet dont Lucifer ne sait pas quoi faire.

Surtout quand on voit que Dan, son ex, a lui aussi réussi à gagner en profondeur. Amenadiel est encore un personnage que Lucifer tente de développer à sa façon, ce qui est une très bonne chose mais qui ne fonctionne pas toujours aussi bien que l’on pourrait le souhaiter non plus. Il y a donc des erreurs naturelles que Lucifer fait dans sa façon d’utiliser ses personnages mais globalement il y a toujours de bons moments à partager avec les personnages.

Note : 6.5/10. En bref, une seconde partie de saison différente mais réussite.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte