Magazine Santé

MOBILE et RADIOFRÉQUENCES : Une forte exposition liée à l'activité tumorale

Publié le 05 février 2018 par Santelog @santelog
MOBILE et RADIOFRÉQUENCES : Une forte exposition liée à l'activité tumorale

Cette étude du National Toxicology Program, menée par une équipe National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS/NIH) révèle qu'une forte exposition au rayonnement des radiofréquences entraîne le développement de tumeurs, chez le rongeur. Plus grave, l'incidence des tumeurs, augmente avec des niveaux croissants de rayonnement. Dans un contexte de technologies de téléphonie cellulaire en constante évolution, des données précieuses pour guider de futures études de sécurité du téléphone cellulaire.

Précisément, cette forte exposition au rayonnement de radiofréquences chez les rongeurs a principalement entraîné ces tumeurs dans les tissus entourant les nerfs dans le cœur des, chez les rats mâles mais pas chez les rats femelles ou les souris. Les niveaux d'exposition utilisés étaient supérieurs ou égaux à la limite d'exposition autorisée pour les émissions de téléphones cellulaires. De plus, les téléphones cellulaires émettent généralement bien en deçà du niveau maximal autorisé.

  • L'incidence des tumeurs, appelées schwannomes malins et observées dans le cœur a augmenté chez les rats mâles exposés à des niveaux croissants de rayonnement de radiofréquences, au-delà des émissions admissibles pour les téléphones cellulaires.
  • Les chercheurs notent également une augmentation inhabituelle de l'incidence des cardiomyopathies, ou dommages au tissu cardiaque, chez les rats mâles et chez les femelles exposés ;
  • en revanche, ils n'identifient que peu problèmes de santé liés au rayonnement de radiofréquences chez les souris ;
  • des augmentations statistiquement significatives du nombre de rats et de souris avec développement de tumeurs dans d'autres organes avec un ou plusieurs des niveaux d'exposition étudiés sont également constatées. De telles tumeurs sont détectées dans le cerveau, la prostate, l'hypophyse, la glande surrénale, le foie et le pancréas. Même si les chercheurs qualifient ces constats de " résultats équivoques ", il reste à élucider d'éventuelles corrélations de certaines de ces augmentations tumorales au rayonnement ;
  • des changements dans le poids corporel, des signes de dommages tissulaires lié au réchauffement généré par le rayonnement, et des dommages génétiques ont également été constatés. Les chercheurs ont notamment observé des poids corporels plus faibles chez les rats nouveau-nés et leurs mères, en particulier lorsqu'ils étaient exposés à des niveaux élevés de radiofréquences pendant la grossesse et l'allaitement. Cependant ces animaux ont suivi une croissance normale.

Ne pas paniquer, mais tout de même : certes, les niveaux et la durée de l'exposition aux radiofréquences étaient beaucoup plus élevés qu'avec le plus haut niveau d'utilisation du téléphone portable et l'animal était totalement exposé. " Il ne s'agit donc pas d'extrapoler ces données à la vraie vie ", explique John Bucher, responsable scientifique du projet, " cependant, les tumeurs que nous avons observées dans ces études sont similaires aux tumeurs précédemment rapportées dans certaines études d'utilisateurs de téléphones cellulaires fréquents ".

Une méthodologie solide : pour réaliser les études, les chercheurs ont construit des chambres spéciales permettant d'exposer les rats et les souris à différents niveaux de rayonnements pendant deux ans. Les niveaux d'exposition allaient de 1,5 à 6 watts par kilogramme (W / kg) chez les rats et de 2,5 à 10 W / kg chez les souris. Le plus faible niveau de puissance pour les rats était égal au plus haut niveau autorisé pour les expositions locales liées aux émissions de téléphones cellulaires. Les animaux ont été exposés plus de 9 heures par jour par " tranches " de 10 mn. Des études complexes et techniques qui fournissent, selon leurs auteurs,

" l'évaluation la plus complète, à ce jour, des effets sur la santé chez les rats et les souris de l'exposition aux radiofréquences ".


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine