Magazine Conso

ELIE SAAB – Haute Couture Printemps/Eté 2018

Publié le 15 février 2018 par Pascal Iakovou @luxsure

Ville Lumière, cité de l'amour et capitale du désir.

Ce sont les années folles, la paix est revenue en Europe et une soif et un amour de vivre renouvelés règnent dans les rues de Paris.

Ah, qu'il fait bon vivre en cette période !

C'est un temps où l'air est rythmé par les tintements de verres, les conversations animées et le jazz. Un temps où la danse, les chansons et les fêtes glamour se prolongent jusqu'au bout de la nuit dans les salles de spectacles aux intérieurs feutrés et aux lustres en cristal. C'est l'époque où Paris se métamorphose pour devenir le " centre de l'univers " le plus excitant et le plus effervescent qui soit, le berceau de toute l'avant-garde.

La collection ELIE SAAB Haute Couture Printemps-Eté 2018 puise son inspiration dans le Paris bouillonnant des années 1920, où les femmes transposent leur séduisante élégance, née aux carrefours de Montmartre et de Montparnasse, dans des looks au chic intemporel.

Comme toutes périodes empreintes de magie, les années 1920 à Paris ont vu éclore d'un côté, un paradis artistique sur l'une des rives de la Seine et de l'autre, un centre de l'intellectualisme accueillant les plus grands esprits de l'époque.

C'est là aussi que les artistes, personnalités, mondains et muses les plus iconiques de notre histoire sont apparus sur le devant de scène, ravissant les cœurs, nourrissant les esprits, inspirant des idées et donnant vie à la célèbre image de Paris et de la Parisienne moderne. Une femme qui aime passionnément, mène la grande vie et s'habille élégamment, car la vie est devenue une vaste fête étincelante.

S'inspirant du style et de l'attitude de cette femme moderne, la collection Haute Couture présente des robes du soir élégantes créées en hommage à la Parisienne libérée et indépendante, qui a le goût du luxe et du sensationnel. Une femme qui pourrait, de temps à autre, dîner avec Paul Éluard ou Picasso à La Rotonde, être photographiée par Bérénice Abbott dans son studio, visiter la dernière exposition en vogue avec Colette, jouer aux côtés de Louise Brooks, retrouver Man Ray et sa muse au Café de Flore, siroter une absinthe en compagnie de Hemingway aux Deux Magots, et finir par tomber sur Zelda et Scott Fitzgerald dans une soirée chic, où Cole Porter serait en train chanter " Let's Do It (Let's Fall In Love) " de sa voix suave.

Créées avec cette idée de liberté de mouvement, les pièces de la collection Printemps-Eté 2018 présentent cependant une silhouette tout en longueur, incroyablement raffinée et gracieuse. Mousselines de soie, satins, tulle et dentelle doux et aériens, déclinés en rose clair et couleurs pastel, dégringolent en drapés sinueux le long de lignes féminines ajustées à la taille et aux hanches.

Les épaules dénudées ou mises en valeur par de fines broderies scintillantes, associées à des décolletés plongeants et légèrement révélateurs, jouent sur le raffinement chic des formes féminines. Les bouquets de plumes opulents qui subliment les jupes des robes dos nu s'agitent au moindre souffle.

Puisant dans le courant artistique majeur des années 1920, en le transcendant par une approche moderne du design, ELIE SAAB projette des motifs d'inspiration Art déco sur ses robes du soir.

Grâce aux techniques de broderie signature de la maison, les formes géométriques audacieuses et les motifs floraux évocateurs de l'esthétique Art déco deviennent des ornements luxuriants, chargés d'incrustations de perles et de sequins dorés et argentés, ainsi que de pierres vertes ou bleues. Ainsi transformés en luxueux ouvrages d'art décoratifs, ils prêtent un faste précieux aux robes ajustées d'allure sobre, tandis que des couvre-chefs revisitant les formes des chapeaux cloches coiffent parfaitement les têtes.

Véritable régal pour les yeux, les accessoires de la collection, parés de bijoux, font sensation en reflétant les lignes fortes et les structures géométriques associées à l'architecture Art déco, dans des métaux dorés et argentés foncés.

Des coiffes, aux boucles d'oreilles en passant par les colliers, les ceintures, les bagues, bracelets et manchettes, tout respire à la fois l'audace et le raffinement. Certaines pièces sont composées d'une juxtaposition de grosses pierres ovales taillées en diamants, tandis que d'autres présentent de fines tiges ornementées de pierres, assemblées selon des formes géométriques dynamiques pouvant se déstructurer en cascades de longs brins effilés incrustés de pierres.

Même les lunettes sont décorées, avec des chaînes dorées et de minuscules perles blanches et roses tombant jusqu'aux épaules de part et d'autre des montures.

Les pochettes sont particulièrement travaillées, certaines étant recouvertes de motifs parfaitement linéaires composés de tiges et de clous facettés, d'autres entièrement enveloppées de fines chaînes en métal brillant doré et argenté. Enfin, elles sont recouvertes d'une version incrustée de bijoux du monogramme d'ELIE SAAB, telle une scintillante carapace décorative.

Côté chaussures, seuls des talons pointus peuvent faire l'affaire pour la femme qui veut se faire remarquer à chacune de ses sorties, déclinés dans des textures champagne doré, ou recouverts de délicate dentelle dorée et argentée.

À travers cette collection Haute Couture Printemps-Eté 2018, cette femme jeune d'esprit, chic et pleine de joie de vivre inégalée devient inoubliable. Scintillant telle une constellation d'étoiles sur une scène obscure, se laissant porter par le son de rythmes et de folies enivrants, cette femme vive et élégante des années 1920, pour qui les cœurs et les esprits s'enflamment toujours, brille encore aujourd'hui, nous fascinant par sa façon de vivre la vie en grand.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Iakovou 71645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines