Magazine Poésie

La traversée vers Byzance

Par Vertuchou

1
Ce pays-là n'est pas pour les vieillards. Les garçons
Et les filles enlacés, les oiseaux dans les arbres
- Ces générations de la mort - tout à leur chant,
Les saumons bondissants, les mers combles de maquereaux,
Tout ce qui marche, nage ou vole, au long de l'été célèbre
Tout ce qui est engendré, naît et meurt.
Ravis par cette musique sensuelle, tous négligent
Les monuments de l'intellect qui ne vieillit pas.
2
Un homme d'âge n'est qu'une misérable chose,
Un manteau loqueteux sur un bâton, à moins
Que l'âme ne batte des mains et ne chante, et ne chante plus fort
A chaque nouvelle déchirure qui troue son habit mortel,
Mais il n'est qu'une seule école pour ce chant, c'est l'étude
Des monuments de sa propre magnificence ;
Et c'est pourquoi j'ai traversé les mers pour m'en venir
Jusqu'à la cité sainte de Byzance.

3
Ô vous, sages dressés dans les saintes flammes de Dieu
Comme dans l'or d'une mosaïque sur un mur,
Sortez des flammes saintes, venez dans la gyre qui tournoie
Et soyez les maîtres de chant de mon âme.
Réduisez en cendres mon cœur ; malade de désir,
Ligoté à un animal qui se meurt,
Il ignore ce qu'il est ; et recueillez-moi
Dans l'artifice de l'éternité.
4
Une fois hors de la nature, je n'emprunterai plus
Ma forme corporelle à nulle chose naturelle, mais
A ces formes que les orfèvres de Grèce
Façonnent d'or battu ou couvrent de feuilles d'or
Pour tenir en éveil un Empereur somnolent ;
Ou qu'ils posent sur un rameau d'or pour qu'elles chantent
Aux seigneurs et aux dames de Byzance
Ce qui fut, ce qui est, ce qui est à venir.

William Butler Yeats
Traduction J.-Y. Masson


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine