Magazine Poésie

Semaine du 20 au 26 novembre 2017

Par Patricia Oudot @adelaidendire

Lundi 20 Novembre

Temps d'avant

Les jours d’il y a longtemps
S’en vont tout doucement
Ils partent sans rien dire
Dans la boîte aux souvenirs
Dessinant un timide sourire
Ou une goutte imperceptible
Sous l’ombre brune des cils
Ils se rangent dans le tiroir
Pliés en quatre dans la mémoire
Avec ou sans nœud sur le mouchoir
On les regrette,on les rejette
Doux soleil ou amères tempêtes
Qui ont fait le bon vieux temps
Pages jaunies d’une vie d’avant
Tournées bon gré,mal gré
Parce qu'il faut continuer d'avancer
Pour ceux que toujours l’on aime
Pour que demain encore se sème

Adélaïde❤

Mardi 21 Nov

N'importe qui

Ni titre, encore moins de gloire
Jeté sur un bout de trottoir
Que lui reste t-il il a croire
La vie à repoussé son tiroir
D’une main teintée de désespoir
Plus que du vide dans son regard
Et un reflet livide dans le miroir
N'être si peu ou quasiment plus rien
Sans toit,sans rêves au bout du chemin
Avec un flacon d’ivresse pour seul copain
N'importe qui,peut être nous demain

Mercredi 22 Nov

Une petite chanson

Une chanson court
Quatre notes d’amour
Qui vont et reviennent
S'immiscent et se retiennent
Attrapées au coin du jour
Sur une onde glamour
Petite musique en tête
Aux paroles toutes bêtes
Qui tournicotent en boucle
Et ne vous lâcheront plus
Sur le fil de l'air trop entendu
Adelaide ❤

Une petite chanson à vous mettre en tête pour la journée

Les feuilles mortes ,Yves Montant

-->Ecoutez

Jeudi 23 Nov

Et de deux

Il y en aura deux
Les pieds dans la crème
Et la tête en feu
Attendant le petit souffle
De l’enfant heureux
Le temps passe
Et nous fait vieux
Toi tu ris de nos grimaces
Et c’est tant mieux
Elle est jolie la saison de l'innocence
Fillette souffle ses bougies
Profites en autant que tu peux

Adelaide ❤

Bon anniversaire à ma petite fillotte

Vendredi 24 Nov

Résultat de recherche d'images pour

Je hais tous ces mots chimères
Qui expirent leur mensonge dans l'atmosphère
Juste bons à jeter dans une bouteille de verre
Sur les grains de sable brûlants d'un désert
Si parfois mon coeur encore les espère
Ma tête veut oublier les phrases d'hier
Vapeurs sans âme échappées du cratère
Matières de lave éclaboussées de lumière
Qui refroidissent en dures et grises pierres
Alors je jette les rimes  du passé en l'air 
Pour inspirer le silence bleu d'un ciel clair
Et m'étouffer de sa poèsie d'écume de mer
Sous le soleil au souffle doux et sincère

Adelaide♥

Samedi 25 Nov

Résultat de recherche d'images pour

A toi qui blesse
Aveu flagrant de faiblesse 
De lâcheté et de bassesse
Je te crache mes mots .
A toi qui frappe
En violence sans soupapes
Une femme jetée à terre
Je te giffle ma colère.
A toi qui abuse
Sous la testosterone qui fuse
Alors qu'elle dit non
Je te balance ma haine, pauvre con.
A toi qui encore ment
Derrière ton sourire charmant
Quand elle ,personne n'en à rien à faire
Je te souhaite les affres de l'enfer.
A toi qui tue d'un geste sourd
Une femme tous les trois jours
Sous la foudre des coups
J'accroche la corde de mes mots à ton cou

Adelaide

A l'occasion de la journée internationale pour l'élimination  de la violence à l'égard des   femmes

Dimanche 26 NOV

maison d'allumettes

 J'ai une maison en allumettes Encore un rêve d'alouette Qui se gratte et qui  fait pouette Endormie sur un matelas de paille J'y crois vaille que vaille Aux espoirs qui ont  la chevelure en bataille. Quand  son souffre devient bleu Ma cabane s'enflamme en deux deux Comme un coeur tout amoureux. J'ai une maison en allumettes Légère comme un souffle de belette Sauf quand sa tête est tempête. Elle fume sur son tapis rugueux Le pied en l'air c'est pas sérieux Comme moi d'ailleurs et puis tant mieux .Parfois j'ouvre son petit tiroir  Ou sont rangées de belles histoires Baguettes magiques de mon grimoire J'ai une maison en allumettes Qui prend feu à la sauvette D'un craquement et c'est chouette  Adelaide❤
maison d'allumettes

 J'ai une maison en allumettesEncore un rêve d'alouetteQui se gratte et qui  fait pouetteEndormie sur un matelas de pailleJ'y crois vaille que vailleAux espoirs qui ont  la chevelure en bataille.Quand  son souffre devient bleuMa cabane s'enflamme en deux deuxComme un coeur tout amoureux.J'ai une maison en allumettesLégère comme un souffle de beletteSauf quand sa tête est tempête.Elle fume sur son tapis rugueuxLe pied en l'air c'est pas sérieuxComme moi d'ailleurs et puis tant mieux.Parfois j'ouvre son petit tiroir Ou sont rangées de belles histoiresBaguettes magiques de mon grimoireJ'ai une maison en allumettesQui prend feu à la sauvetteD'un craquement et c'est chouette Adelaide❤

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patricia Oudot 1365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine