Magazine Médias

Black Panther (Ciné)

Publié le 18 février 2018 par Bigreblog

Bonjour blogo adorée.

Une fois n’est pas coutume, Maman est allée posée son seyant derrière devant le dernier film Marvel en date. Et comme elle est gentille et serviable, elle vous arrive donc fraichement pomponnée pour vous reviewer Black Panther, un Marvel très particulier et ce, de plusieurs façons.

Et toujours sans spoiler!

Après la mort de son père, le roi T’Chaka, T’Challa du Wakanda devient roi de sa nation, un pays presqu’entièrement dissimulé derrière une illusion technologique destinée à protéger son peuple et le vibranium qu’il protège. Mais lorsqu’un vieil ennemi refait surface, T’Challa est obligé de faire des choix…

Black Panther (Ciné)

Honnêtement, quand on a annoncé que Black Panther aurait son propre film après une première apparition dans Captain America: Civil War, je n’étais pas très enthousiaste. Ou disons que j’attendais de voir. La prestation extra de Chadwick dans ledit Civil War m’a donc immédiatement transformée en groupie du Wakanda, et là, j’ai commencé à attendre avec impatience.

Dans mon imbécillité de petite blanche, je n’avais même pas capté que l’idée d’un film tournant uniquement autour de Black Panther voudrait dire que la graaaaande majorité du cast serait donc…black. Mais, preuve que je ne suis pas raciste pour un sou, je n’en ai rien eu à battre. XD

Car, sérieusement, Marvel a là frappé un grand coup. J’ai lu sur l’article de Tanja que pourtant, T’Challa n’était pas le premier super-héros noir à être mis en avant. Rappelez-vous de Blade. Le génial Blade.

❤
Par contre, pour le coup, l’univers autour de lui était bien moins authentique.

Ici, rien ne pourrait déranger, sauf peut-être les origines du cast. Les Wakandais parlent une langue proche du Xhosa (vous savez, la langue où on « clique » ses « k ») et le pays a été en grande partie filmé en Afrique du Sud. Les costumes sont parfaits, la musique nous emmène ailleurs notamment par des polyphonies (j’adoooooore ça), et en gros, ça rend un très bel hommage à la culture africaine que j’ai adoré.

😀

Les images aussi. Les progrès technologiques de ces dernières années ont réellement été fulgurants, à tel point qu’on en arrive à ne plus voir la différence entre ce qui est en prises de vue réelles et en CGI. Les couleurs utilisées dans BP donnent elles aussi un aspect irréel au Wakanda, qui parfois, je n’ai pas honte de le dire, m’a rappelé The Lion King.

Un Lion King aussi, évidemment, présent dans les personnages. T’Challa est un Simba qui essaie de devenir un aussi bon roi que son père, avec ses doutes, ses peurs, et son entourage délicieux.

Non vraiment, de ce côté-là, rien à dire.

La seule petite chose qui aurait pu, finalement, gâcher le film, ce sont les longueurs. Il y en a, quelques unes, pourtant utiles à l’intrigue mais qui cassent la dynamique du reste du film. Dommage.

(Et aussi, le doublage en français est tellement naze, l’accent des acteurs est tellement beau en VO…)

((« L’accent » des acteurs, dit-elle alors que cinq personnages principaux sont incarnés par des Anglais… XD ))

Parlons casting, je pense qu’il est temps.

T’Challa est donc toujours incarné par Chadwick Boseman, qui va donc me donner son secret pour avoir l’air d’avoir mon âge alors qu’il a 41 ans… Il est toujours aussi excellent.

Nakia, son ex-amoureuse et guerrière hors-pair, est elle incarnée par Lupita Nyong’o, que vous avez rencontrée dans 12 years a slave et Star Wars VII notamment. Elle tape une bonne badasserie quand même.

😉

Okoye, la générale cheffe des bodyguards (exclusivement féminines) de T’Challa, est interprétée par Danai Gurira, et si son nom ne me disait rien, j’ai vite compris pourquoi je la kiffais tant: bonjour Michonne! Merci d’incarner le personnage le plus BADASS de l’Histoire des badass, et d’être devenue accessoirement mon personnage préféré.

❤

Michael B. Jordan, nouveau Johnny Storm (et espérons que c’était un one-shot tellement c’était pourri) incarne Killmonger…ô surprise, un méchant, mais il le fait avec une certaine conviction pas dégueulasse.

Black Panther (Ciné)

Martin Freeman revient dans les chaussettes (taille fillette) de l’Agent Ross de la C.I.A., et bordel, j’ai eu l’impression de voir Bilbo dans chacune de ses mimiques…

❤

Impression renforcée par ses quelques scènes avec…MONSIEUR ANDY SERKIS (oui, majuscules indispensables), qui reprend le rôle de Ulysses Klaue qu’il avait déjà incarné dans Avengers: Age of Ultron. Un méchant chtarbé qui nous offre certaines des meilleurs punchlines du film, et donc l’une des scènes les plus nostalgiques pour mon petit cœur: Smeagol et Bilbo réunis dans la même pièce… I’m dead.

😥
❤

MLD-09252_R.JPG

Me reste à citer la mère et la sœur de T’Challa: Ramonda, la reine mère, interprétée par la toujours excellente Angela Bassett; et Shuri, la petite sœur irrévérencieuse et délicieusement rebelle, incarnée par Leticia Wright, que je vais suivre avec attention.

On aura donc vite compris que les personnages les plus intéressants du film sont des femmes, et qu’elles sont au centre du fonctionnement structurel du Wakanda. Un film terriblement moderne donc, rempli aux 9/10 de personnages noirs; et dans lequel les femmes sont mises en avant.

Si je lis encore UNE seule critique négative à cause de ça, je brule Internet.

Allez, filez, en plus, la séquence post-générique est délicieuse elle aussi…

😉

Note: 8/10 (scénario: 7/10 (longueurs donc, et parfois facilités)jeu: 9/10 (géniaux, ces gens sont géniaux)BO: 7/10 (belle musique africaine, mais Kendrick Lamar n’est pas mon ami)Marvel-spirit: 9/10 (all the way dude!))

Black Panther (Ciné)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bigreblog 1726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte