Magazine Culture

Paris, etc. (Saison 1, 12 épisodes) : elle est pas belle la vie ?

Publié le 23 février 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


Canal + continue de développer son parc de séries originales et cette fois ci c’est une série chorale de Zabou Breitman, faisant le portrait de femmes dans Paris. Si le côté parisien parfois un brin bobo ressort dans certains personnages, le script reste suffisamment intelligent pour ne pas tomber dans le piège de la série Télérama. Cependant, au fil des douze épisodes qui composent cette saison j’ai trouvé le temps légèrement long. Malgré le charme des actrices et notamment Anaïs Demoustier pour qui j’ai un grand coup de coeur depuis un bout de temps, quelques moments légers où les rires peuvent partir tout seul et le mélange des histoires, Paris, etc manque un peu de cette fraîcheur qui pourrait donner envie aux provinciaux de plonger dans le quotidien bobo de ces personnages. L’échec ici est que les personnages deviennent rapidement redondants et ennuyeux, quitte à en faire des caricatures. On est loin du Paris entre-mêlé de Cédric Klapish notamment, l’un des rois français du film chorale. Ici, rien de tout ça, juste des petites bulles de personnages qui n’arrivent pas à complètement captiver l’attention d’un téléspectateur qui aurait probablement espérer mieux. Pourtant, Paris, etc n’est pas sans charme. Notamment car Paris c’est beau.

Certaines, comme Nora par exemple, deviennent au bout de deux épisodes très agaçantes. Elles tombent alors dans l’hystérie malgré le charme de certains personnages malgré tout. Mais il est difficile de rester accrocher à ce que Paris, etc tente de raconter quand tout tombe un peu à l’eau. Pourtant là aussi, c’est assez difficile à comprendre dans le sens où le casting est solide mais l’empathie ne vient jamais à nous. Que ces femmes se croisent, se rencontrent, s’aiment, s’engueulent, se confrontent il n’y a rien de vraiment efficace dans Paris, etc qui parvient à sortir la série d’une certaine forme de torpeur. La vie bancale des personnages manquent de surprises et l’on se rend bien vite compte du manque de consistance qu’il peut y avoir dans certains développements de personnages. Si Paris, etc avait de quoi surprendre, elle n’apporte rien de nouveau sous le soleil télévisuel. Le fond manque et la forme visuelle n’est guère attrayante. C’est terne et peu jovial. Il est donc difficile d’apprécier ce Paris version Zabou Breitman. L’évolution de chacun des personnages est alors inégale, malgré quelques bonnes surprises au milieu de la saison et surtout un casting qui tente tant bien que mal de faire vivre ces personnages en dehors de leur zone de confort.

Si le casting principal n’est donc pas à la fête avec des personnages caricaturaux et ennuyeux pour certains, je trouve que ce sont les secondaires les plus séduisants. Notamment ceux de Denis Podalydès dans un rôle qui lui sied à merveille ou même Noemi Lvovsky que je n’attendais pas dans cette série et qui s’en sort très bien par rapport à d’autres. Du coup, Paris, etc est ce que l’on pourrait qualifier de série frustrante qui ne parvient jamais à faire des éclats avec les intrigues de chacun. Le développement des personnages est inégal, suivant un chemin étrange par moment alors que le dernier épisode est strictement inutile dans le développement de la série. Pourquoi ? Car le dernier épisode n’apporte pas vraiment de réponses sur les personnages et l’histoire que la saison a voulu développer autour d’eux. Autant dire que c’est assez décevant car l’on passe douze épisodes devant notre écran pour au final se retrouver avec un truc qui n’a pas vraiment de conclusion, laissant alors le téléspectateur imaginer plus ou moins ce qu’il aurait envie pour ces personnages. Pour une saison 2 il ne serait pas impossible qu’elle voit le jour mais comme Woody Allen et son expédition européenne, Zabou Breitman voudrait faire Bruxelles etc., Berlin etc. ou encore Madrid etc...

Note : 3/10. En bref, une série bien trop creuse. Dommage.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte