Magazine Humeur

Du féminisme anticapitaliste à 2 euros et cinquante cents

Publié le 10 mars 2018 par Nicolas007bis

Les fillesA l’occasion de la journée des droits des Femmes, Libération a eu comme idée lumineuse de faire payer leur canard 2,50 € aux hommes et seulement 2 euros aux femmes sous prétexte que l’écart de salaires entre les hommes et les femmes serait de 25%.
Bon, pour ma part, je m’en fous un peu puisque je n’achète plus Libération depuis longtemps. Ce journal est l’archétype de la presse de bobo parisiens défenseurs de la bien-pensance de gauche, toujours prête à enfourcher les belles et bonnes causes avec la bonne conscience qui caractérise l’intellectuel de Gauche et de salon.

Mais ce petit coup d’éclat est révélateur de cette manière qu’à ce type de média de s’emparer d’un vrai problème de société en faisant passer un message simpliste et dogmatique qui peut se résumer de la manière suivante : Les femmes sont payées 25% de moins que les hommes, c’est scandaleux et Libération est à vos côtés pour faire avancer la cause.

Evidemment, en ce faisant, Libération ne fait rien avancer du tout, au contraire, il aurait plutôt tendance à énerver. Non pas pour les 50 cents d’écart mais par cette manière d’utiliser une cause juste, en la traitant avec simplisme et manichéisme.

C’est d’ailleurs, d’une manière générale le problème avec les sujets « bonnes causes ». Ils sont souvent traités à l’aulne de l’émotion générale, de l’indignation voire de la révolte ce qui exclut de facto du débat le pragmatisme, le réalisme voire la moindre once de réflexion.

Ce bon vieux serpent de mer « l’inégalité salariale hommes/femmes » en est un exemple frappant.

Soyons clair, il ne s’agit pas de contester le fait qu’il y a un réel problème mais de rappeler que les causes de ce problème ne sont pas aussi simples qu’on se plait à le répéter à longueur de médias et qu’en conséquence les solutions non plus.

Précisons déjà que, contrairement à ce que prétend Libé, qui amalgame plusieurs problèmes très différents, à qualification et ancienneté équivalente, l’écart de salaire hommes/femmes serait tout au plus de 10 %. C’est certainement trop mais ce n’est pas 25% !

Et ces 10% ne sont établis que par déduction, en éliminant les autres causes. Ces 10% peuvent s'expliquer par un tas de raisons qui ne relèvent pas nécessairement d'une bête discrimination machiste de la part des entreprises.

25% est un chiffre évidemment très approximatif (mais qui sonne bien)qui correspond à l’écart moyen de salaires entre les hommes et les femmes toutes situations confondues. Ces 25% trouvent leur explication dans plusieurs phénomènes qui sont grosso-modo que les femmes sont 4 fois plus souvent en temps partiel, qu’elles sont moins représentées dans la hiérarchie et donc dans les plus hauts salaires et que les hommes ont, en moyenne, plus d’ancienneté et qu’ils ont plus souvent changé de boulot ce qui s’accompagne souvent d’une hausse du salaire.

On comprend bien qu’autant l’écart de salaire à poste, qualification et ancienneté équivalents, peut être considéré comme le résultat d’une certaine discrimination de la part des entreprises (même si le jugement est simpliste et doit être considéré au cas par cas), autant tout le reste exige une analyse et un diagnostic beaucoup plus complexe et surtout implique une responsabilité très largement partagée par tous les hommes depuis les débuts de l'humanité.

En amalgamant une discrimination sur laquelle il est possible d’intervenir et le résultat d’un processus quasi ancestral qui nécessite de modifier en profondeur les mentalités d’une grande partie de la gent masculine, certes on se fait mousser à peu de frais, mais on laisse croire que la question est simple à traiter, et de surcroit qu’elle ne concerne que les entreprises et l’Etat qui devra légiférer pour obliger ces abominables discriminatrices à changer leurs pratiques. Ce qui est évidemment extrêmement réducteur.

Sur le même sujet, et sur liberation.fr (ce n'est évidemment pas un hasard), on trouve une tribune proprement stupéfiante écrite par « Le collectif 52 » qui est, je cite « un réseau d’entraide féminin qui vise à l’empowerment des femmes » …tout un programme !

Cette tribune est intitulée : « Le féminisme est-il devenu la vache à lait du capitalisme ? »

Rien qu’en lisant le titre on s’attend à du gratiné…et on n’est vraiment pas déçu, c’est du lourd.

Je ne résiste pas au plaisir d’en reprendre un très bel extrait :

« Et pendant que l’indépendance économique des femmes continue de s’organiser, le marketing, cet ami intime du capitalisme, n’a cessé de convoiter les revenus grandissants des femmes. Dans les années 90, les femmes dépensaient 70 % de l’argent des ménages ; les multinationales ont fait en sorte que cette proportion dépasse aujourd’hui les 85 %. De quelle indépendance économique s’agit-il, si le capitalisme n’a de cesse de faire dépenser plus aux femmes et de faire d’elles le moteur de la croissance ? Le féminisme est-il devenu la vache à lait du capitalisme ? Prendre conscience de ce pouvoir économique, c’est faire un premier pas

Tout y est, on imagine ces femmes, qui viennent juste d'acquérir leur indépendance de haute lutte et qui voient fondre sur elles avec avidité et ses grosses pattes griffues, le grand méchant capitalisme, pour les dépouiller des (nécessairement) maigres salaires qu’elles auront eu enfin le droit de gagner en travaillant.

Mais le meilleur reste à venir puisque le paragraphe se termine par une question qui nous projette dans les très hautes sphères de la pensée humaine. Accrochez-vous, ça dépote :

« Le deuxième (pas), c’est s’inscrire dans la dynamique du vouloir. C’est repenser ses désirs. Le capitalisme va-t-il se reconstruire sur d’autres bases, et si oui, les femmes pourront-elles prendre la liberté de faire autre chose que de consommer aux dépens de leur liberté sexuelle ? »

…ouah, une phrase comme ça faut la faire encadrer et l’afficher dans son entrée (si on en a une). Et je me dis que si je ne comprend pas tout c'est tout simplement parce que je ne suis qu'un homme.

C’est sûr que quand la femme battue par son mari, la jeune de banlieue qui se fait insulter sous prétexte qu’elle porte une jupe, celle dont le compagnon n’envisage pas un seul instant de passer l’aspirateur, la mère abandonnée avec ses enfants sur les bras, l’employée qui subit les regards graveleux et les gestes déplacés de son chef, petit ou grand, ou d’une manière générale toutes celles qui se sentent déconsidérées parce qu’elles sont une femme…auront réalisé que le féminisme était la vache à lait du capitalisme et qu’elles pourront prendre la liberté de faire autre chose que de consommer aux dépens de leur liberté sexuelle, leur situation se sera très nettement améliorée !

Et si en plus elles peuvent payer Libération 2 euros au lieu de 2euros cinquante, alors là, on ne veut plus les entendre se plaindre !

Pauvres femmes, leur cause mérite mieux qu’une couverture racoleuse ou que les élucubrations fumeuses de féministes doctrinaires.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas007bis 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines