Magazine France

le terrorisme d’extrême-droite : une réalité en fRance. L’exemple de Logan N.

Publié le 16 mars 2018 par Gédécé @lesechogaucho

Le contraste entre le traitement médiatique, politique et judiciaire est pour le moins saisissant, entre la gestion du dossier de Tarnac que j’évoquais hier et ce que je veux évoquer ci-dessous… On apprend donc au détour d’une page internet que la bande de rigolos dont le ministre de l’intérieur himself avait choisi, si curieusement,  de minimiser alors les exploits, au moment du démantèlement de leur petit commerce de la haine,  avait envisagé  ni plus ni moins :

  • de tuer Christophe Castaner : « On parlait de l’agresser, de l’égorger ».  « l’enquête a révélé que Thomas A. était allé jusqu’à filer Christophe Castaner à Forcalquier afin de se renseigner sur ses horaires et ses habitudes. »
  • …mais aussi le candidat à la présidentielle d’alors,  Jean-Luc Mélenchon. « On avait ciblé Mélenchon sur Marseille pendant la campagne présidentielle, mais finalement on a laissé tomber car on savait qu’il ne serait pas élu. »
  • que le leader du groupe, Logan N., interpellé en juin 2017, avait dénommé son groupe « OAS » en référence à l’Organisation terroriste opposée aux départs des Français d’Algérie.
  • qu’il comptait « protéger[son] pays contre l’islamisation de la France », avec « un désir de faire renaître l’OAS de 1962 ».
  • qu’il avait envisagé « Des agressions à répétitions du style ratonnade »
  • de « tirer avec des armes sur les trafiquants de drogue dans les cités »
  • de « faire exploser des mosquées »,  en s’attaquant notamment « au chantier de la grande mosquée de Vitrolles »
  • de « tirer avec une arme sur la population qui fréquente le marché aux puces de Marseille et les kebabs d’Aix-en-Provence », dans « Le but… d’enclencher une ré-émigration basée sur la terreur »
  • que cette bande de petits rigolos qu’il ne fallait pas prendre au sérieux selon Monsieur Collomb  « avaient commencé à rassembler un certain nombre d’armes, dont une partie était déclarée. Logan avait notamment un fusil à pompe et deux revolvers à poudre dont il comptait pouvoir modifier les barillets pour pouvoir utiliser de vrais munitions.
  • que « cette organisation bénéficiait également « en son sein d’un artificier chargé de procéder à la confection d’explosifs. »
  • qu’après son arrestation en juin, Logan avait tenté de continuer à diriger le groupe depuis sa prison et d’encourager ses compères à commettre un attentat.

(source)

Mais à part ça, les plus dangereux, ce serait nous autres, de l’ultra-gauche anarcho autonome…  Puisque le terrorisme d’extrême-droite, ça n’existe pas. Ou alors, si peu, et  tellement peu sérieux. En effet, je vois, je vois… Voilà, voilà. CQFD.

le terrorisme d’extrême-droite : une réalité en fRance. L’exemple de Logan N.
le terrorisme d’extrême-droite : une réalité en fRance. L’exemple de Logan N.
NB. Pour info, Logan N. c’est Logan Alexandre Nisin, charmant individu (ci-dessus aux côtés de Marion Maréchal Le Pen), dont les nombreuses exactions sont détaillées ici par la page facebook d’ Action antifasciste Marseille. Une paille, aux yeux du Ministère de l’Intérieur, sans doute. Les zadistes sont certainement beaucoup plus dangereux, n’est-ce pas, Monsieur Collomb ?

Fin de la supercherie. La propagande d’état, ça suffit comme ça.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte