Magazine Cinéma

[Critique] Tomb Raider

Par Wolvy128 @Wolvy128

[Critique] Tomb Raider

[Critique] Tomb Raider
Lara Croft (Alicia Vikander), 21 ans, n’a ni projet, ni ambition. Fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis 7 ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père (Dominic West). Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur la destination où il a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d’innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir Tomb Raider.

Réalisé par le cinéaste norvégien Roar Uthaug, ce reboot de Tomb Raider était plutôt une bonne idée sur le papier, profitant notamment du succès du jeu vidéo sorti il y a maintenant quelques années pour raconter les événements ayant conduit Lara à devenir l’aventurière courageuse que tout le monde connaît aujourd’hui. Malheureusement, si le jeu vidéo offrait une exploration profonde et sans concession de cet épisode déterminant de la vie de l’héroïne, le long-métrage propose, quant à lui, une version beaucoup trop épurée, édulcorée et formatée que pour convaincre un public un minimum exigeant. Ainsi, au-delà de l’introduction complètement laborieuse et inutile, on regrettera le manque d’épaisseur des personnages et la faiblesse générale du scénario. Certes, il y a bien ici et là des séquences plutôt réussies, qui renvoient inévitablement à l’expérience vidéoludique (naufrage du navire, fuite dans la rivière…), mais elles sonnent davantage comme des clins d’œil appuyés au jeu que comme de véritables moments de cinéma. On déplorera aussi la pauvreté du rendu des énigmes à l’écran, qui ne rend jamais passionnant un des aspects pourtant les plus grisants de la franchise.

[Critique] Tomb Raider
Malgré tout, il faut le reconnaître, l’histoire se laisse suivre sans déplaisir, s’appuyant notamment sur un rythme soutenu pour raconter les péripéties de Lara. Une Lara Croft joliment incarnée par Alicia Vikander. Si l’actrice oscarisée doit composer avec une héroïne moins développée qu’on aurait pu le penser au départ, elle délivre néanmoins une prestation tout à fait satisfaisante, tant d’un point de vue physique que dramatique, parvenant par exemple à la rendre immédiatement attachante. A ses côtés, en revanche, les personnages sont malheureusement beaucoup trop effacés que pour pouvoir mettre en exergue l’une ou l’autre interprétation. La palme revenant certainement à Walton Goggins, introduit dès le départ comme un méchant sans substance. Finalement, au-delà de son actrice principale, l’atout majeur de ce reboot est certainement sa capacité à restituer fidèlement l’atmosphère du jeu original. Pas forcément en reprenant à l’identique certaines séquences clés du jeu (même si ce n’est pas dérangeant), mais plutôt en intégrant de manière assez intelligente bon nombre d’ingrédients de la saga. De quoi atténuer quelques défauts et offrir aux amoureux de la franchise une expérience relativement sympathique.

Pour toutes ces raisons, ce nouveau film Tomb Raider s’avère donc être un divertissement plutôt convenable. Bien supérieur aux deux précédentes tentatives d’adaptation, ce reboot n’atteint toutefois jamais des sommets, la faute à un scénario formaté ne parvenant que trop rarement à retranscrire le souffle épique de la saga vidéoludique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wolvy128 10166 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines