Magazine Culture

Psychologie : Une science du bonheur ?

Publié le 24 mars 2018 par Pege @pg120
Salut à tous,  
Psychologie : Une science du bonheur ?
Du site Cerveau & Psycho.fr : Le bonheur correspond à la prise de conscience du bien-être et de ses manifestations. Les études scientifiques ont montré que chacun peut l'atteindre en le « cultivant » régulièrement.
   ¨ « Nous cherchons tous le bonheur, mais sans savoir où, comme des ivrognes qui cherchent leur maison, sachant confusément que cela existe. »
   Quand Voltaire écrit ces lignes au milieu du xviiie siècle dans l'une de ses correspondances, le bonheur est déjà un sujet à la mode : dans toute l'Europe fleurissent des traités consacrés aux différents moyens de l'atteindre. Depuis l'Antiquité grecque (où la philosophie se donnait pour objet premier d'aider les hommes à construire une vie heureuse) jusqu'à aujourd'hui, la quête du bonheur est d'actualité. À ceci près que la science contemporaine, à la suite de la philosophie, en a fait un objet d'étude fécond, comme vous le constaterez dans ce dossier : de fait, jamais sans doute le bonheur n'aura été aussi bien connu dans le moindre de ses rouages, biologiques et psychologiques, jamais non plus le chemin pour l'atteindre n'aura été aussi bien balisé. Est-ce pour autant devenu si simple de se rendre heureux ? Pas forcément, car le bonheur n'est pas seulement une question de savoir. C'est aussi une question de pratique, voire d'entraînement régulier.
Pas de bonheur sans conscience du bonheur
    Il est évidemment difficile de définir le bonheur. On tend aujourd'hui à le considérer comme un sentiment, selon la conception proposée par le neuroscientifique Antonio Damasio, de l'Université de Californie du Sud. Autrement dit, le bonheur serait « l'expérience privée d'une émotion ». Il correspondrait à la prise de conscience de ses états internes agréables – corporels, mentaux ou les deux –, et obéirait à l'équation : bonheur = bien-être + conscience de ce bien-être.
Donner un sens à sa vie 

   Mais il y aurait des limites à ne voir le bonheur que comme une accumulation des plaisirs : on considère qu'il est plus juste de voir le bonheur comme pouvant également découler d'une vie pleine de sens.
Critiques du bonheur
   Dans une lettre à sa maîtresse, Gustave Flaubert écrivait : « Être bête, égoïste et avoir une bonne santé, voilà les trois conditions voulues pour être heureux. Mais si la première vous manque, tout est perdu. » Il n'avait raison que sur le troisième point : les rapports entre bonheur et santé sont réels, mais la santé ne suffit pas à assurer le bonheur. Ainsi, les émotions positives répétées sont bonnes pour la santé, alors qu'une bonne santé facilite le sentiment de bonheur, sans le garantir (en témoignent les hypocondriaques !)¨...   ( Voir l`article au complet )

https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psychologie/une-science-du-bonheur-7338.php


Pégé
 Windows 7 / Windows XP Pro / Windows 10 / Ubuntu 14.04 LTS / Linux Mint 17 MacOS X iBook, version 10.4.11 ¨Tiger¨.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pege 110 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte