Magazine Culture

Van Helsing (Saison 2, 13 épisodes) : nettoyage express

Publié le 25 mars 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


Alors que Syfy a annoncé en décembre le renouvellement de Van Helsing pour une saison 3, je dois avouer que j’étais curieux de voir la seconde saison. La première de la série apocalyptique reprenait l’histoire de Van Helsing, le personnage créé par Bram Stoker dans le roman Dracula en 1897. Avant que ce personnage ne soit bien évidemment créé différemment par Neil LaBute dans une série pour Syfy, après un film raté il y a plusieurs années. Faire du héros de cette série une femme était le meilleur choix que la première saison de la série avait pu faire. Cela ne change pas dans cette seconde saison. Mais l’avantage de la première saison c’était que la série n’était pas ce qu’elle semblait être l’an dernier. L’an dernier, la série échouait sur plusieurs points, notamment car avec un budget limité, et une esthétique de série B, elle ne pouvait pas forcément faire grand chose de son univers post-apocalyptique à la sauce vampire. Mais fort heureusement, Van Helsing sait comment assumer ses défauts grâce à des intrigues qui prennent en compte le fait que la série n’a pas le budget d’un blockbuster (même un blockbuster de Syfy). Du coup, en apprenant à maîtriser ce manque visuel, la série a su aller de l’avant et surtout imposer tout un tas de nouvelles façons de voir les choses. La série est une histoire de survie et plutôt que d’en faire des tonnes visuellement, elle se concentre sur les combats personnels de chacun, ce qui ne nécessite pas vraiment de grandes séquences visuelles.

La saison 2 reste alors dans la lignée de la seconde partie de la première saison. Les personnages les plus torturés sont alors pris en exemple afin de les développer intelligemment. Tout cela est fait pour mieux reposer les conflits personnels de chacun. Ce n’est pas une série qui veut parler d’autres choses que de conflits personnels, avec eux-mêmes, rendant le spectacle forcément plus palpitant. Il y a toujours la chasse aux vampires, ces monstres que Van Helsing doit arrêter, mais bien souvent tout cela est fait pour faire passer des messages. Notamment le fait que les monstres que notre héroïne chasse sont en fait le reflet de ce qu’ils étaient auparavant. Vanessa a pas mal de choses à nous raconter elle aussi, notamment avec les retrouvailles avec sa fille devenue vampire, l’aide inespérée de Julius qui se sent redevable. Avec Sam en liberté et en plus de ça vampire, il est plus dangereux que jamais et Van Helsing s’en sort très bien de ce point de vue là. Elle décide d’éparpiller un peu tous les personnages dans tous les sens afin de créer un sentiment un peu plus intéressant. En éparpillant les personnages et les intrigues, alors la série peut développer son univers autrement, notamment en racontant l’histoire de personnages annexes afin de les rendre intéressants.

Plutôt que de tomber dans tous les pièges possibles et imaginables, la série décide alors de nous offrir une vision différente des choses. Avec des intrigues qui sont exploitées séparément plutôt que de l’alterner les intrigues dans un même épisode. Du coup, le problème c’est le découpage qui n’est pas le plus intéressant qu’il soit. On dirait qu’elle prend parfois exemple sur The Walking Dead sans parvenir à faire pareil. On peut alors passer deux épisodes sans voir Vanessa, ce qui est tout de même impressionnant. La série préfère alors dans ce genre de moments suivre ce qui est arrivé à Axel (et ce n’est pas une mauvaise chose dans un sens) ou encore Mohamad. La série parvient alors à embrasser sa propre recette déjà exploitée dans la première saison. Si l’on se moque complètement du destin de Vanessa, Axel ou encore Doc et les autres, je pense que le souci c’est que Van Helsing n’arrive jamais vraiment à arriver à la hauteur du sujet qu’elle a entre les mains. Je pense que la série aurait pu gagner des points avec un montage narratif plus efficace et énergique. La série prend son temps mais de façon ennuyeuse la plupart du temps et c’est bien ça le problème. Reste alors la mythologie qui se développe tout de même suffisamment bien, on verra bien pour la saison 3 déjà commandée.

Note : 4.5/10. En bref, quelques améliorations mais aussi des défauts toujours problématiques…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte