Magazine Culture

Critiques Séries : Barry. Saison 1. Pilot.

Publié le 26 mars 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Barry // Saison 1. Episode 1. Chapter One : Make Your Mark (Pilot).


Bill Hader, plus connu pour ses rôles au cinéma (SuperGrave, Crazy Amy) et sa place dans le Saturday Night Live, se voit offrir ici sa première série sur HBO : Barry. Créée par lui-même avec l’aide de Alec Berg (Silicon Valley, Seinfeld, Curb Your Enthusiasm), Barry nous plonge alors dans un univers à la fois terriblement dépressif et optimiste, un mélange savoureux qui éclos dans ce premier épisode. Au fil des années, Bill Hader a su nous surprendre dans Saturday Night Live et lui donner sa propre série était en quelque sorte plutôt logique car il le mérite amplement. Il se retrouve tout de même bien entouré, notamment avec Henry Winkler (Arrested Development) et peut alors mettre en avant d’autres facettes de sa personnalité en tant qu’acteur dans un rôle qu’il s’est réellement écrit pour lui-même (et cela se ressent). Ce premier épisode suit plus ou moins ce que l’on peut attendre d’un premier épisode de série : l’introduction des personnages et du contexte dans lequel les personnages vivent, créant des thématiques à explorer du début à la fin de la saison, etc. Cependant, les scénaristes de la série veulent aussi apporter un peu d’originalité dans cette structure en faisant évoluer l’histoire dès le premier épisode, plutôt que de faire stagner l’ensemble dans le but de masquer l’installation de l’histoire et des personnages. Et c’est intelligent car cela fonctionne très bien.

Un ex-Marine devenu tueur à gages au rabais se rend à Los Angeles pour exécuter un contrat et se voit accueilli par une communauté de personnes optimistes.

Bill Hader, dans son rôle de dépressif est parfait, dans le but de casser un peu la vision plus comique que l’on a de cet acteur, habitué à des rôles bien moins dépressifs. L’acteur est parfait dans sa façon de se rendre petit et invisible dans un univers presque trop optimiste et excentrique qu’incarne très bien Gene dans ce premier épisode. Ce premier épisode parvient aussi à développer d’autres personnages comme Fuches (incarné par Stephen Root) qui est le mentor et manager de Barry, notre héros. Mais Barry a aussi la mafia Chechen à ses trousses, ce qui risque bien de donner un peu d’action dans les prochains épisodes. Mais bien que Barry ait du sang sur les mains, il a l’impression d’être motivé par quelque chose pour la première fois dans sa vie, ce qui permet de donner un but à l’histoire de cette première saison. Dans la pure tradition de tous les anciens du SNL, Bill Hader ajoute aussi des références à la pop culture dans ce premier épisode (notamment une à Kevin Spacey dans Kickass). Je me demande ce que la suite nous réserve mais j’ai envie d’être confiant car il y a pas mal de trucs à apprécier dans ce premier épisode et un potentiel énorme si celui-ci est bien exploité au fil des épisodes.

Note : 7/10. En bref, une série intéressante avec un humour légèrement grinçant et un optimisme dévorant dans la vie d’un dépressif.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte