Magazine

A la vie, à la mort T2, le gang des tractions avant - la chronique motorisée

Publié le 30 mars 2018 par 7bd @7BD
A la vie, à la mort T2, le gang des tractions avant - la chronique motorisée Série : A la vie, à la mort Titre: T2, le gang des tractions avant Auteurs : Rodolphe (scénario), Gaël Séjourné (dessin) et Jean Verney (couleur) Editeur : Soleil Année : 2018 Pages : 56 Résumé : En 1946, Pierre Loutrel prend le frais sur une plage de Bandol en compagnie de son ami Boucheseiche et de leurs deux compagnes. Pierre raconte comment il s'est sorti en 1944 d'une arrestation inattendue à Toulouse alors que les flics l'avaient sous la main. Il faut dire que Pierre Loutrel n'est autre que Pierrot le fou, chef tristement renommé de la bande de malfaiteurs qui défraie la chronique sous le nom de Gang des tractions avant... Mon avis : Une histoire qui, depuis son premier tome qui démarrait sur la mort de Pierrot le fou, avance en sautant dans le temps de flash-back en flash-back. Un peu désarçonnant au départ mais on s'habitue rapidement à ce mode de narration qui nous fait suivre les raisons passées d'un acte présent. Enfin, si vous me suivez... 
Là où je m'habitue moins, c'est au personnage central de cette histoire. On est loin des brigands au grand cœur légendaire, image que pouvait incarner Bonnot et sa bande – pas forcément à juste titre d'ailleurs - . Au contraire, avec cette récit, Rodolphe reste au plus près de ce groupe de tueurs, et rend avec honnêteté leur histoire. Mais cette histoire s'avère un peu dure à digérer. Si on peut passer sur les braquages rapides, précis, presque sans effusion de sang, qui ont fait la renommée des tractions avant, on ne saurait passer sous silence la période de la seconde guerre mondiale où Pierrot le fou et une grosse partie de sa bande (Jo Attia a fait exception) avait pris place à la Carlingue. Comprenez la tristement célèbre rue Lauriston où la Gestapo française assurait le service de nettoyage des nazis. Le nettoyage incluant la chasse aux Juifs en se servant sur leur biens et autres règlements de compte. Même les nazis préféraient parfois laisser d'autres se salir les mains.  « A la vie, à la mort » raconte donc l'histoire d'une bande de voleurs, tueurs, violeurs, gestapistes et j'en passe. Faut reconnaître que comme héros, on a du mal à trouver pire. A mes yeux, cette BD fait office de leçon d'histoire et permet de présenter qui pouvait être Pierrot le fou au travers de ses actes et de découvrir l'ambiance d'une époque et aussi... les perversions d'un système. Car si Pierrot s'en sort, c'est parce que certaines personnes qui ne sont pas du milieu – comprenez le milieu des maffias - , tout au contraire, avaient besoin de ses compétences pour régler leurs problèmes. La période trouble de la guerre, où les lignes de séparation étaient très flottantes, nous apparaît comme une claque en pleine tête. Les deux premiers tomes de ce récit s'enfoncent un peu plus dans l'histoire trouble de Pierre Loutrel et le troisième et dernier tome devrait clore ce récit et boucler avec le début de l'histoire, nous permettant de découvrir comment Pierre Loutrel est mort. 
A la vie, à la mort T2, le gang des tractions avant - la chronique motorisée  Le soleil du sud... Le dessin de Gaël séjourné donne vie à cette troupe de hors-la-loi qui n'en font qu'à leur tête. Le style adopté par le dessinateur, simple, semi-réaliste, et les couleurs chaleureuses ou froides mais sans ambiguïté de Jean Verney font ressortir encore plus violemment la dureté de l'histoire. En page de garde, des photos originales des membres du gang nous rappellent qu'il ne s'agit pas d'une fiction mais bien d'un aperçu de la triste réalité. Au moins, au sortir de cette BD, si vous croisez quelqu'un qui vous parle du bon vieux temps du gang des tractions avant, vous pourrez lui expliquer la vérité morbide et sanglante se cachant derrière ce « bon vieux temps ». A la vie, à la mort T2, le gang des tractions avant - la chronique motorisée ... contrastant avec la nuit parisienne ouvrant le premier tome. Une BD noire, pas forcément polar, mais noire au sens premier du terme, malgré son beau graphisme et ses couleurs fortes. Je ne sais pas si je comprends mieux le personnage de Pierre Loutrel au sortir de cette BD, mais je ne l'apprécie guère. Un avis objectif qu'on peut se faire grâce au travail d'historien de Rodolphe. Zéda et le gang des tractions avant ! A la vie, à la mort T2, le gang des tractions avant - la chronique motorisée David
Inscrivez vous à notre newsletter :

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


7bd 7128 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte