Magazine Culture

Critiques Séries : Lemony Snicket’s A Series of Unfortunate Events - Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire. Saison 2. Episodes 9 et 10.

Publié le 02 avril 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Lemony Snicket’s A Series of Unfortunate Events - Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire // Saison 2. Episodes 9 et 10. The Carnivorous Carnival (Part One & Two).


Cela semble presque naturel de retrouver Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire dans un cirque. Après tous les personnages complètement fous qu’il y a dans cette série, on pourrait se croire dans un cirque depuis le début. Alors que les Baudelaire se sont sauvés dans l’épisode précédent, ces deux épisodes se concentrent un peu plus sur Olaf et leurs compagnons. Les Baudelaire sont alors un peu différents. Le seul truc qui manque dans ces deux épisodes ce sont probablement les clowns, mais bon ce n’est pas plus mal pour ma coulrophobie. Il y a forcément tout ce qui peut faire le succès de Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire, et notamment un numéro musical que Neil Patrick Harris a certainement voulu lui aussi. Si c’est toujours sympathique à suivre, je dirais que ce numéro est bien mieux intégré aux épisodes que le précédent que l’on a pu voir dans l’épisode 3. Les aventures principales de « Part One » se déroule au sein du cirque Caligari, une attraction qui était populaire auparavant. Mais la première partie de ce double épisode est réussie alors que la « Part Two » est un peu moins solide. La série a au moins le mérite de nous offrir tout un tas de trucs qu’elle maîtrise.

Plutôt que de reprendre la mécanique que l’on a pu voir dans la plupart des épisodes de la série (en dehors du double épisode précédent et celui-ci), la série décide de suivre la cavale des Baudelaire de façon complètement différente. Le but pour les Baudelaire est d’avoir les infos qu’ils cherchent de la bouche de Madame Lulu. Je dirais que ce que cette saison a réussi à faire c’est mieux se terminer que la précédente et nous offrir une conclusion différente. Malgré des épisodes parfois décevants et quelques idées qui n’ont pas toujours fonctionné, je dirais que Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire a appris un peu de ses erreurs passées ce qui donne forcément envie de voir la saison 3 que Netflix a déjà commandé. Si les Baudelaire ont appris quelque chose dans ce double épisode c’est qu’ils ne peuvent pas encore être heureux. Avec la révélation de l’épisode précédent, et bien que par moment le tout n’est pas très logique (en gros, tout le monde a connu et/ou connait les Baudelaire), cela fonctionne tout de même suffisamment bien. Avec le mystère de V.F.D., qui veut dire tellement de choses dans cette série, on se retrouve avec une série qui a énormément de choses à faire encore. Notamment quand elle révèle tout un tas de choses sur sa mécanique.

V.F.D. veut donc dire « Volunteer Fire Department ». Je me demande ce que cela veut encore dire mais la série fait réellement évoluer l’histoire dans le bon sens afin de nous éviter de rouiller la mécanique. Dans « Part Two », tout ne fonctionne pas nécessairement et c’est dommage. C’est globalement un bon season finale, mais avec une seule exception : le destin d’Olivia Caliban, aka Madame Lulu. Mais disons que je trouve décevant que la série choisisse parfois les mauvais trucs. Je ne connais pas suffisamment les livres pour comprendre ce que cela peut vouloir dire mais j’apprécie tout de même ce que la série fait. Olivia Caliban est quelqu’un que j’ai beaucoup aimé cette année, notamment car l’alchimie qu’il y avait avec Jacques Snicket était parfaite. Finalement, Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire termine sa saison de façon suffisamment intelligente pour que l’on garde un bon souvenir…

Note : 9/10 et 8/10. En bref, une fin de saison bien plus sympathique que son début…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte