Magazine Culture

O Mecanismo (Saison 1, 8 épisodes) : dans le ventre de la bête

Publié le 02 avril 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


Série originale de Netflix produite pour le Brésil, O Mecanismo est inspirée de faits réels. Il s’agit de l’un des plus grands scandales du Brésil : l’affaire Petrobras. Ce scandale politique impliquait le patron de Petrobras, de plusieurs politiciens, des entreprises de BTP, etc. O Mecanismo décide de nous raconter l’histoire d’un groupe d’enquêteurs qui a voulu mener à bien la traque de toutes ces personnes corrompus afin de laver le Brésil (en tout cas en partie) d’un problème qui ronge le pays depuis des années. Derrière cette série brésilienne, on retrouve José Padilha, connu des clients de Netflix pour avoir été à l’origine de Narcos. C’est avec Elena Soarez, une scénariste brésilienne qu’il a monté en épingle toute cette première saison en huit épisodes. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre mais le sujet me plaisait. J’ai toujours aimé les affaires de corruptions avec des gens importants et des enquêteurs qui ont du mal à arriver au bout de leurs enquêtes. Tout au long de la saison on enchaîne alors les épisodes sans épines avec tout un tas de bonnes surprises qui vont faire évoluer l’histoire intelligemment. C’est une série qui n’a pas froid aux yeux et qui montre le visage de la société corrompue brésilienne avec tout ce qu’il peut mettre en avant, sans faire dans la demi mesure.

Un petit groupe d'enquêteurs tenaces tente de mettre au jour le plus gros scandale de corruption de l'Histoire, dans une traque lourde de conséquences qui ne les épargnera pas.

Mais avec un scénario suffisamment bien ficelé, les épisodes s’enchaînent sans problèmes. Il faut dire que O Mecanismo repose aussi sur un solide casting. Selton Mello est quelqu’un que l’on connait déjà et sa réputation n’est plus à faire, mais c’est Caroline Abras que j’ai réellement découvert dans cette série et qui parvient elle aussi à devenir une petite étoile montante qui donne envie de la voir dans d’autres productions. La série décide alors de raconter avec ses mots une opération complexe : Lava Jato (Lavage Express) qui a sévit au Brésil il y a quelques années. Le but ici est de tenter de nous faire comprendre un processus complexe avec des mots simples. De plus, la série le fait de façon objective, sans jamais entrer dans le propos corrompu (et c’est étonnant pour une série brésilienne alors que l’on sait très bien que dans ce genre de pays, l’information n’est pas toujours objective). Mais O Mecanismo ne nous prend pas pour des débiles non plus et ne cherche donc pas à vulgariser le propos. Il y a tout de même un truc assez fun dans cette série et cela passe par le casting qui n’incarne pas leurs rôles comme on peut le voir de partout. Les brésiliens ne jouent pas au cinéma ou dans les séries comme ça, mais cette différence permet aussi de créer un produit culturel intéressant, qui se veut au plus proche de la réalité des faits qu’ils viennent dépeindre.

Au delà de ça, O Mecanismo reste une série ambitieuse et qui a les moyens de ses ambitions. Netflix a réellement donné tout ce qu’elle pouvait là dedans et ça fonctionne. L’histoire se poursuit donc sur huit épisodes sauf que la série a encore des choses à raconter, notamment car d’autres gens sont tombés dans l’affaire Petrobras. Notamment Luiz Inacio Lula da Silva, l’ancien Président a été condamné, et sa successeur Dilma Rousseff a elle aussi été éclaboussée par cette affaire. Mais tous les Président brésiliens se sont retrouvés dans des aventures de ce genre là est réellement intéressant. Les enquêteurs sont des personnages intéressants mais c’est l’ensemble du casting qui fait tout l’intérêt de O Mecanismo. Le mélange des personnages rend le tout réellement palpitant alors que l’on suit d’un côté des histoires de corruption, de l’autres des arrestations et des perquisitions, une enquête minutieuse et comment chacun tente de placer ses pions afin de sortir de la situation dans laquelle il ou elle peut se retrouver. Le trio Ruffo / Ibrahim / Cardoni est plutôt touchant et Ibrahim est un personnage bien nuancé que la série exploite de façon intelligente.

La série plonge aussi les personnages dans quelque chose de plus psychologique avec une réflexion intéressante. Notamment Ruffo et sa frustration en tant que bon flic d’avoir été mis sur la touche pour avoir voulu toucher aux requins. On oscille aussi entre plusieurs villes du Brésil : Sao Paulo, Rio de Janeiro, Curitiba, Brasilia, ce qui permet de changer un peu les paysages et les décors pour donner un sentiment beaucoup plus global à la chose. C’est visuellement très intéressant et O Mecanismo ne fait donc que gagner des points. Finalement, avec une première saison solide et palpitante, on ne s’ennuie pas et l’on enchaine alors les épisodes sans problème.

Note : 7.5/10. En bref, une série brésilienne réussie et passionnante sur un sujet fort qui a fait la Une dans tout le pays.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte