Magazine Info Locale

Conseil Communautaire – 5 avril 2018 –

Publié le 09 avril 2018 par Puissancesete @FrancoisLiberti

Projet n° 1 : Recrutement d’agents contractuels pour des besoins liés à un accroissement temporaire d’activité, à un accroissement saisonnier d’activité et au remplacement des fonctionnaires et des agents contractuels.

Conseil Communautaire – 5 avril 2018 –

TITRE : « Qui dit mieux ? l’agglo entérine et lance la pérennisation des emplois précaires dans la fonction publique territoriale ! »

——

La volonté de pouvoir créer 130 postes en CDD afin de couvrir les besoins en personnels sur des besoins précis nous pose un bilan tel que :

  • 70 postes saisonniers

  • 20 postes sur des remplacements longs

  • 40 postes, hors saison, toutes filières confondues, et sans plus de précisions

Ce qui équivaut à un volant de 130 postes en CDD à l’agglo ! C’est énorme !

Notons au passage, que les syndicats n’ont pas été informés de cette mise en œuvre lors des Comités Techniques et que les représentants du personnel n’ont pas pu donner leur avis.

Revenons à ces 40 postes.

Un besoin en personnel remplaçant qui permettrait un bon fonctionnement et la continuité des services n’est pas répréhensible en soi, en revanche, nous souhaitons faire une proposition, qui serait la création d’un pool de remplaçants sur des fonctions métiers spécifiques telles que : secrétariat / accueil / emplois techniques. Ces missions seraient définies et transférables d’un service à l’autre.

Cette création, n’empêcherait en rien non plus, le recrutement spécifique de chargés de missions, qui reste une pratique courante sur des objectifs et une mission bien précis.

Techniquement, il est avéré qu’un CDD coute cher à la collectivité (prime de précarité, par exemple), et un temps non négligeable d’investissement humain en terme de formation des remplaçants pris sur le temps de travail des personnels titulaires. Sachant que la formation concerne des personnels précaires, et que 6 mois après, on recommence….D’un point de vue financier et pratique, ce choix est un non-sens.

Humainement, la précarité proposée dans ce cadre de contrat, est assez insupportable. Les personnels n’ont pas de perspective d’avenir, pas d’équilibre, pas de possibilité de dialogue social, pas de formation qualifiante, pas d’avancement. Ils deviennent des personnels « kleenex ».

En conclusion, on peut se poser la question légitime, à savoir, comment une collectivité, peut-elle appuyer la précarisation de l’emploi dans la fonction publique ? Nous refusons de cautionner cette pratique.

Madame Véronique Calueba-Rizzolo

Conseillère Communautaire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Puissancesete 10738 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte