Magazine Poésie

Sonnet

Par Vertuchou

(Pour votre chère morte, son ami.)

2 novembre 1877

Sur les bois oubliés quand passe l'hiver sombre
Tu te plains, ô captif solitaire du seuil,
Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueil
Hélas! du manque seul des lourds bouquets s'encombre.

Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre,
Une veille t'exalte à ne pas fermer l'oeil
Avant que dans les bras de l'ancien fauteuil
Le suprême tison n'ait éclairé mon Ombre.

Qui veut souvent avoir la Visite ne doit
Par trop de fleurs charger la pierre que mon doigt
Soulève avec l'ennui d'une force défunte.

Ame au si clair foyer tremblante de m'asseoir,
Pour revivre il suffit qu'à tes lèvres j'emprunte
Le souffle de mon nom murmuré tout un soir.

Stéphane Mallarmé

Partager cet article

Repost 0
Sonnet
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

Souvenir
Souvenir
Horoscope d'un pendu
Horoscope d'un pendu
Chant des Femmes en Illyrie
Chant des Femmes en Illyrie
Aveu d'une femme
Aveu d'une femme

Poètes D'hier

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine