Magazine Maladies

#thelancetinfectiousdiseases #paludisme #moustiquaireimprégnéd’insecticide Implications de la résistance aux insecticides sur l’utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide à action de longue durée pour le contrôle du vecteur du paludisme : ét...

Publié le 10 avril 2018 par Tartempion77 @NZarjevski

#thelancetinfectiousdiseases #paludisme #moustiquaireimprégnéd’insecticide Implications de la résistance aux insecticides sur l’utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide à action de longue durée pour le contrôle du vecteur du paludisme : ét...

L'utilisation d'une moustiquaire imprégnée d'insecticide à action de longue durée est l'un des moyens les plus efficace de protection contre le paludisme. Vanuatu, 2012
Source iconographique et légendaire: https://commons.wikimedia.org/wiki/


L’intensification des interventions basées sur l’utilisation d’insecticides a permis d’éviter plus de 500 millions de cas nouveaux de paludisme depuis l'an 2000. La croissante résistance aux insecticides pourrait annoncer une reprise de la maladie et de la mortalité. Notre but était de poursuivre des investigations visant à définir si la résistance aux insecticides était associée à une perte d’efficacité des moustiquaires imprégnées d'insecticide à action de longue durée et à une augmentation du fardeau dû au paludisme.
Cette étude prospective observationnelle internationale de cohorte coordonnée par l’OMS* a été réalisée dans 279 groupes de population (villages ou groupes de villages dans lesquels la résistance phénotypique était mesurable) au Bénin, Cameroun, Inde, Kenya, et Soudan. Des moustiquaires imprégnées d'insecticide pyréthrinoïde à action de longue durée représentaient la principale forme de contrôle du vecteur de la malaria dans toutes les zones d’étude ; au Soudan, cette approche était complétée par des pulvérisations intradomicilaires d’insecticide. Des cohortes d’enfants provenant de foyers sélectionnés par tirage au sort dans chaque groupe de populations étaient recrutées et soumises à suivi par des agents de santé communautaires pour mesurer l’incidence de la malaria sur le plan clinique ainsi que la prévalence de l’infection. Les moustiques ont été évalués quant à leur susceptiblité aux pyréthrinoïdes à l’aide d’un bio-essai standardisé de l’OMS. Les résultats obtenus dans les différents pays pris individuellement ont été mutualisés à l’aide de méta-analyses.
Entre le 2 juin 2012 et le 4 novembre 2016, 40 000 enfants ont été recrutés et évalués quant à l’incidence clinique au cours de 1.4 millions de visites de suivi. 80 000 moustiques ont subi des tests de résistance aux insecticides. Les utilisateurs de moustiquaires traités aux insecticides à longue durée d’action ont présenté une prévalence de l’infection plus faible (rapport de cotes ajusté [OR] 0.63, Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.51-0.78) et une incidence de la maladie plus faible (ratio du taux d’incidence [RR] 0.62, 0.41-0.94) que chez les non-utilisateurs, à des niveaux très variés de résistance aux insecticides. Nous n’avons trouvé aucune évidence d’association entre résistance aux insecticides et prévalence (OR ajusté 0.86, 0.70-1.06) ou incidence (RR ajusté 0.89, 0.72-1.10) de l’infection. Les utilisateurs de moustiquaires, bien que significativement mieux protégés que les non–utilisateurs, étaient néanmoins sujets à un risque élevé de paludisme (allant de d’une incidence moyenne de 0.023, [IC 95% 0.016-0.033] par personne-année en Inde, à 0.80 [0.65-0.97]) au Kenya ; et une prévalence moyenne d’infection allant de 0.8% [0.5-1.3] en Inde à 50.8% au Bénin).
Abstraction faite de la résistance, les populations vivant dans des régions ou le paludisme est endémique devraient continuer à utiliser des moustiquaires traités avec des insecticides à longue durée d’action afin de réduire leur risque d’infection. Du fait que les moustiquaires ne fournissent qu’une protection partielle, le développement d’outils complémentaires devrait être une priorité, dans le but de réduire le fardeau du paludisme qui reste à ce jour à un niveau inacceptable. Prof Immo Kleinschmidt, PhD, et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant-première, 9 avril 2018
Financement : Fondation Bill & Melinda Gates, Conseil de la Recherche Médicale du Royaume-Uni, et Département pour le Développement International du Royaume-Uni.
Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ
*OMS = Organisation Mondiale de la Santé

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tartempion77 3828 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines