Magazine Politique

Ce faux procès en laïcité

Publié le 10 avril 2018 par Falconhill
Excellent article de Sophie Coignard sur le Point, intitulé "Macron et l'Eglise le mauvais procès". Comme elle le dit, et malgré les cris de Mélenchon, il n'y a rien d'illogique à "la présence inédite du président à la Conférence des évêques, qui ne met en cause ni la laïcité ni les grands principes républicains".
Les tweets et réactions de Melenchon sont d'ailleurs en elle même extrêmement choquante, eu égard à sa complaisance vis à vis d'autres religions (le "s" est de trop), et d'autres comportements bien peu laïques et républicain.
Je reprends la fin de l'édito de Sophie Coignard, qui relève l'absurdité des positions et de l'émoi de Mélenchon.
On peut faire remarquer à Jean-Luc Mélenchon que, si Emmanuel Macron a accepté le titre de « chanoine de Latran », il a, comme ses prédécesseurs, honoré une tradition qui remonte à Henri IV. On peut aussi préciser que le président a assisté, en juin 2017, au dîner annuel de la rupture du jeûne organisé pendant le ramadan par le Conseil français du culte musulman (CFCM), ce que n'avaient pas fait ses prédécesseurs depuis dix ans, sans que sa présence déclenche des foudres. Qu'il a également prononcé un discours à la mairie de Paris, en septembre 2017, pour les 500 ans de la Réforme, discours au cours duquel il a déclaré : « Ma conviction profonde est que je ne rendrais nullement service à la laïcité si je m'adressais à vous comme à une association philosophique. Votre identité de protestants ne se construit pas dans la sécheresse d'une sociologie, mais dans un dialogue intense avec Dieu, et c'est cela que la République respecte. » Là encore, aucun cri d'orfraie. Qu'il s'est rendu au dîner du Crif, le 7 mars 2018, toujours sans susciter de réactions scandalisées. 
On peut enfin souligner qu'aucun président avant lui ne s'était rendu à une telle manifestation pour la simple et bonne raison que c'est la première fois que la Conférence des évêques de France (CEF) organise une soirée de ce type, avec 400 invités, parmi lesquels des chefs d'entreprise, de hauts fonctionnaires, des intellectuels… Emmanuel Macron aurait-il dû faire une exception pour les représentants de l'Église catholique en refusant de répondre à l'invitation qui lui avait été lancée ? Une question si absurde que la poser, c'est déjà y répondre.
En tous cas, en tant que républicain, il me semble sain que le présent de la République ait honoré de sa présence à la conférence des évêques. Son absence aurait été choquante. 
Après sur le fond, oui il y a un lien abîmé entre la France et les chrétiens. J'ai souvent écrit ici sur une christianophobie qui était très forte au mandat précédent. Personne ne revient sur les principes de la laïcité qui me sont chers, et qui ne sont pas une négation des religions et des croyances (ou non croyance) intimes de chacun. Et il n'est pas choquant de respecter les chrétiens et l'église, les autres religions, et ceux qui ne croient pas. 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Falconhill 1396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines