Magazine Info Locale

Hermine en vadrouille

Par Spiga

Comme souvent, la route de l’hermine croise celle du photographe lorsqu’il ne s’y attend pas. Le petit mustélidé s’est cette année encore montré très discret durant la période hivernale, et mon souhait de pouvoir immortaliser la belle blanche sur un joli manteau neigeux est encore tombé à l’eau. Mais ce n’est que partie remise…

Durant une belle après-midi printanière, Johann et moi nous sommes retrouvés pour partager un moment sur le terrain en espérant pouvoir observer le bouquinage du lièvre. Après de longues minutes passées à scruter les champs, point de longues oreilles à l’horizon. Le vent léger qui soufflait sur les crêtes du Val-de-Travers faisait virevolter quelques feuilles mortes couchées dans les champs. Une feuille au loin ne semblait cependant pas suivre le mouvement éolien. Un bref coup d’œil dans les jumelles a rapidement permis de confirmer nos soupçons: une hermine était en chasse à environ 400 mètres de notre position.

Nous approchons rapidement, puis ralentissons le pas à mi-chemin pour ne pas l’effrayer. L’hermine nous a vu et s’est dressée de tout son long en chandelle pour mieux nous scruter. Nous nous figeons, silencieux, et espérons que le petit mustélidé aura l’amabilité de nous tolérer à ses cotés. Après quelques longues secondes durant lesquelles nous osons à peine respirer, l’hermine reprend le cours de ses activités. Elle nous tolère, mais nous veillons à garder nos distances pour ne pas la voir disparaitre définitivement dans une galerie de campagnol.

L’hermine nous gratifie de quelques pointes de vitesse dont elle seule à le secret. Elle disparait dans les entrailles de la terre, réapparait quelques secondes plus tard où nous ne l’attendions, se redresse, repart, revient, s’arrête à une vitesse folle. Elle s’approchera même brièvement à quelques mètres de nous avant de disparaitre comme par magie quelques minutes plus tard. A-t-elle trouvé un délicieux repas au fond d’une galerie ou s’accorde-t-elle une petite sieste avant de reprendre sa partie de chasse? Ce qui s’est passé sous terre restera pour toujours un mystère…

Val-de-Travers, le 15 avril 2018

L'hermine a abandonné sa robe hivernale immaculée pour se parer d'une tenue estivale plus discrète dans les paturages boisés du Val-de-Travers.
Cette image permet de comprendre pourquoi l'hermine est taillée pour débusquer les campagnols au fond de leurs galeries.
L'hermine a abandonné sa robe hivernale immaculée pour se parer d'une tenue estivale plus discrète dans les paturages boisés du Val-de-Travers.
Bondissant sur son terrain de chasse préféré, l'hermine inspecte méticuleusement les galeries de campagnol afin de débusquer son repas.
Concentrée, l'hermine est à l'affût du moindre mouvement qui trahirait la présence d'un repas potentiel.
L'hermine se dresse en position de la chandelle pour mieux observer les environs.

L’article Hermine en vadrouille est apparu en premier sur Spiga.ch - Photographies naturalistes du canton de Neuchâtel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Spiga 4096 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte