Magazine Humeur

Notre Saigneur Macron

Publié le 15 avril 2018 par Delanopolis
Christiane Chavane ne croit certes pas que Macron soit un sain esprit ! Notre Saigneur Macron Le petit Jupiter à sa maman rate tout, il a besoin de se refaire une santé politique. Donc il décide de draguer un électorat qui jusqu’ici, serait plutôt enclin à le détester cordialement.

Mais avant de passer à sa prestation devant le clergé de France, voyons un peu l’état des lieux.

- L’Elysée utilise les services de Monsieur Yassine Belattar afin de reconquérir les banlieues. Monsieur Belattar est un membre de la confrérie des Frères Musulmans, soutenue par le Qatar, dont sont issus le sieur Morsi, ex président d’Egypte viré par une population qui s’est vite rendu compte de son erreur, et le président Erdogan, et accessoirement suspectée d’être une organisation terroriste. Avec ça pas de problème, les banlieues vont se calmer sous la charia. Pour les lois républicaines en revanche… Mais après tout elles sont si bien respectées partout qu’on se demande si elles existent encore. Voir Notre Dame des Landes et aujourd’hui la remise en liberté de l’assassin des deux jeunes filles en gare de Marseille… pourtant étranger irrégulier et multirécidiviste.

- Microléon laisse occuper son trône Elyséen par une avenante « Imame »danoise non voilée, et fait même un selfy avec elle. L’avenante imame danoise est en fait l’excuse islamiste pour attirer des femmes vers l’islam le plus rétrograde qui soit. C’est une adepte de Tariq Ramadan, c’est dire ! Le violeur présumé… La Takyia est une des spécialités de l’islam.

- Microléon souffle le chaud et le froid. La charia pour les islamistes, la PMA, GPA et autre IVG pour toutes remboursée dans n’importe quelle condition, et pourquoi pas bientôt l’euthanasie et la fabrication d’enfants à la carte… Mais ça c’est juste pour que les non musulmans ne se reproduisent pas trop vite, on ne sait jamais.

- Monsieur Macron ne fait pas le signe de croix sur le tombeau du Colonel Beltrame, ne souhaite pas Joyeuses Pâques aux Français, parce que ce n’est pas une fête républicaine, mais en 2017 il a bien fêté la fin du Ramadan, qui doit être une fête républicaine, sauf qu’on ne sait pas trop de QUELLE république. L’Hexagonale peut-être, la Française certainement pas.

- Depuis Hollande, et ça continue, les lois liberticides, les atteintes à la liberté d’expression se multiplient, mais toujours à sens unique. Quand on condamne un député (NDA) pour des propos exacts et anodins, qu’on lève l’immunité parlementaire de MLP pour des photos que tout le monde avait déjà vues, qu’on est intraitable avec un quidam qui a jeté 3 lardons devant une mosquée, et qu’ « en même temps », zadistes, antifas et pilleurs d’églises et mêmes assassins (voir premier paragraphe) sont exonérés de toutes leurs exactions, on se demande pour qui roule Monsieur-le-Chef-des-Armées-Jupiter.

Mais Microléon a besoin des voix des cathos. Il vient de se rendre compte qu’ils sont plus nombreux qu’il ne pensait, alors le voilà en train de lancer une opération de séduction aux Bernardins, ou devrais-je plutôt dire une opération de marketing, la différence entre convaincre des gens et faire des promos pour des paquets de lessives lui échappant complètement.

Le voici donc tenant un discours surréaliste que Salvador Dali aurait pu signer. Sauf que Dali ne se prenait pas au sérieux. En voici quelques morceaux choisis, ce sont du reste ceux qui font le plus polémique.

- « J’ai besoin que vous fassiez don de votre sagesse, don de votre engagement »… Ça c’est encore la moins grave : engagez-vous, oui mais où ? Les catholiques de France sont déjà largement engagés dans la société civile notamment au travers d’associations caritatives. Notre Saigneur Macron voudrait-il les voir aussi s’engager chez LREM pour porter la bonne parole et expliquer aux fidèles que le progressisme macroniste est l’avenir du catholique ? Il devrait savoir que l’église catholique s’accommode parfaitement de la loi de 1905 et qu’elle a depuis longtemps appris à rester à sa place : s’occuper du spirituel, faire la charité, et se garder d’intervenir dans la vie politique et de grenouiller dans les ministères, contrairement au CRIF et à l’UOIF et à certaines loges, dont le lobbying permanent est incompatible avec les règles républicaines.

« Que vous fassiez don de votre liberté ». Là, ça devient carrément imbuvable. Le clergé catholique et ses ouailles devraient se soumettre. A qui ? A l’état ? Et pourquoi faudrait-il que les chrétiens sacrifient leur liberté ? Personne ne doit jamais faire don de sa liberté, cela revient à accepter la mise en esclavage, rien de moins. Au contraire le rôle de l’état, en démocratie, est d’être garant de nos libertés. Pour cela il doit jouer son rôle de police et de justice, le même rôle pour tous, qui consiste en premier lieu à mettre hors d’état de nuire ceux qui s’en prennent aux personnes et aux biens, ensuite à les juger et punir équitablement. Exactement l’inverse de ce que fait notre gouvernement.

« Le lien entre la religion et l’état est abîmé et il faut le réparer ». Cette phrase d’une incroyable duplicité est celle qui fait le plus hurler les chiens de garde du laïcisme intégriste. Ils râlent par cathophobie, mais ils ont raison de râler. Mais cette phrase ne s’adresse absolument pas aux catholiques qui ne se sentent plus concernés depuis longtemps. Rappelons-nous que notre chef de guerre à petits ballons et peluches voudrait créer « l‘islam de France ». Autrement dit il est en train d’essayer de faire croire aux catholiques qu’ils ont de nouveau leur place dans les affaires publiques, afin de nous faire gober à tous un islam religion officielle. Cette phrase profondément perverse éclaire la précédente d’un jour un peu différent lorsque l’on sait qu’en Arabe, Islam signifie « Soumission ».

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 94237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines