Magazine Société

Accusé Pierre Desproges

Publié le 19 avril 2018 par Assouf
Français-e-s!Belg-e-s!Marcheurs-euses!
Salut ma hargne, bonjour ma colère, et mon courroux coucou!
Est-il bien nécessaire de poursuivre ce réquisitoire contre l'accusé Desproges ici présent, après lui avoir infligé à lui cet appel en écriture inclusive? Regardez-le, mesdames et messieurs les jurés, accablé sur son banc d'infamie, regardez-le ce misérable cloporte qu'on pourrait croire cancéreux jusqu'à l'os. De tous les coups de boutoir justiciers qu'on pouvait lui asséner, celui de ce féminisme ravageur de la grammaire française suffisait à anéantir le talent de plaidoirie de ce vieux réac pourtant mort avant de devenir un vieux con.
Et grand bien lui fasse! Que comprendrait-il, aujourd'hui, de ce monde que Nostradamus l'a empêché de connaitre? Certes, il n'y a toujours pas de bougnoules ni d'ouvriers à l'Académie Française. Mais Alain Finkielkraut y est entré, pour son oeuvre grandiose et inoubliable que la littérature française elle aurait pas été pareille si qu'il avait pas été publié : "Gnagnagna pauvre conne!" Et, s'exprimant aussi brillamment, le grand philosophe ne pensait pas à son comparse que l'accusé aimait à alpaguer affectueusement "Pauvre Cohn", lequel Cohn lui, sévit toujours, ayant mangé tous ses morpions de la forêt de Francfort, ou de Forbach, je ne sais plus. 
Que dirait-il? ce pathétique radin persécuteur de caissières auquel il ne veut acheter que 2 piles sur 4 dans le paquet? Il passerait son paquet de 4 piles comme tout le monde à la caisse automatique. L'anarchisme, c'est fini. 
Qui pis est! et ce n'est pas son avocat, et je veux parler ici de Maître Jenkubowicz, ici présent, qui dira le contraire... qui pis est... disais-je avant d'être grossièrement interrompu par moi-même, l'accusé serait aujourd'hui interdit d'exercer. Evitons lui pareille honte. Posons la question : peut-on rire de tout? Oui. Peut-on rire avec tout le monde? C'est... dur! La compagnie de l'avocat de l'accusé, par exemple, met rarement en joie, à l'exception bien sûr de quelques adorateurs d'ananas bantous. Avec Nordahl Lelandais, on pouffe à peine. Avec un deschiens, pardon... avec un daechien forcené, on rit, mais c'est nerveux. 
Accusé Desproges! rendez-vous à l'évidence! votre avocat est le meilleur avocat de votre censure. Il l'a dit : vos sketchs ne seraient aujourd'hui pas possibles, ou, autrement dit, seraient poursuivis par la LICRA. Cessez de vous moquer si peu charitablement de tous les nazis, fascistes, forcenés. Mettez un terme au Maître! pouf! pouf! prenez votre Maître au terme! pouf! pouf!.. au mot. Taisez-vous Desproges! Assez d'humour noir! lavez plus blanc. Ne vous posez plus cette indispensable question : mon avocat Maïtre Jenkubowicz est-il ou n'est-il pas un con? Souvenez-vous : ou bien c'est un con, et ça m'étonnerait quand même un peu ; ou bien ce n'est pas un con, et ça m'étonnerait quand même beaucoup. 
Restez sous terre! restez poussière! désuet Desproges! démodé Desproges! obsolète Desproges! autant que ces trois adjectifs le sont eux-mêmes. Place au disruptif! Start up nation! Imaginez, si vous y tenez, et en guise de consolation, Hanouna qui fait de la moto, et BOUM! Mais taisez-vous Desproges! je vous en conjure.
J'en conclue donc avec un brio qui m'étonne moi-même, mesdames et messieurs les jurés, que l'accusé est coupable, mais votre avocat vous en convaincra mieux encore que moi.
Je suggère donc qu'on lui coupe la tête, à la condition qu'on parvienne à la reconstituer, en autopsiant peut-être les asticots dévoreurs.
Sic transit gloria mundi, amen.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Assouf 938 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine